« Dialogue et coercition »… Cinq ans après, la préfète Nicole Klein raconte Notre-Dame-des-Landes

Il y a cinq ans, l’État annonçait renoncer à construire un nouvel aéroport sur le site de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes. Préfète de région à l'époque, Nicole Klein revient sur ce moment historique.

Against_the_Airport_and_its_World
Sur la ZAD: contre l’aéroport et son monde / Photo: Wikipedia Commons

«Le projet Notre-Dame-des-Landes sera donc abandonné ». Il y a cinq ans, le 17 janvier 2018, le Premier ministre Édouard Philippe annonçait la fin d’un projet vieux de plus de quarante ans : la construction d’un nouvel aéroport sur les 1600 hectares du site de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes. Lancé dans les années 1970, mis en sommeil puis réactivé à l’orée des années 2000, ce gigantesque projet, soutenu par la plupart des grands élus locaux, a profondément divisé, engendré des dizaines de recours et provoqué l’occupation des terrains par les opposants (la fameuse ZAD) pendant six ans.

Avant, donc, d’être abandonné par l’État, qui annonce dans le même temps le réaménagement de l’aéroport de Nantes Atlantique. Prévu initialement pour être achevé en 2025, ce dernier n’a toujours pas débuté. Préfète de la région Pays-de-la-Loire au moment des faits, Nicole Klein a du alors gérer la fin du projet et l’évacuation difficile de la ZAD. Cinq ans plus tard, elle revient sur cet épisode et les leçons que l’État a pu tirer de ce gigantesque fiasco.     

Mediacités : Il y a cinq ans, tout juste, Édouard Philippe, alors Premier ministre, annonçait l’abandon du projet de construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes. A l’époque, vous êtes préfète de la région Pays de Loire depuis un peu moins d’un an. Comment vous êtes-vous emparée de ce vieux dossier éminemment conflictuel ?

Nicole Klein : Je connaissais déjà Nantes pour y avoir occupé le poste de secrétaire générale de la préfecture en 2000. Je savais donc où j’allais. J’avais même déjà fait remarquer à l’époque que des agriculteurs habitaient et travaillaient toujours sur la zone prévue pour construire le futur aéroport. Je pressentais déjà qu'il serait difficile d'obtenir l'accord de tous. Ce que beaucoup ignoraient - notamment à la DGAC ou à Paris.

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

Propos recueillis par Benjamin Peyrel