«La société civile doit s’organiser pour peser sur l’agenda municipal»

[GRANDS ENTRETIENS 1/7] Si les élections n’ont pas débouché sur le renouveau qu’ils espéraient, les citoyens en quête d’une autre démocratie municipale n’ont pas tout perdu. Entre engagement politique, associatif ou syndical, le politiste Guillaume Gourgues identifie quelques « lueurs d’espoirs » qui témoignent selon lui d’une « repolitisation » de la vie locale.

GE ete 1 – G Gourgues
Illustration : Jean-Paul Van der Elst

A mille lieues de l’apolitisme revendiqué par de nombreux maires, Guillaume Gourgues observe une « repolitisation » de la vie locale. Et s’en réjouit, lui qui déplore le « piteux état » de la démocratie municipale et métropolitaine. Qu’ils cherchent à entrer dans les institutions pour les réorienter ou à influer sur les politiques locales depuis l’extérieur, de plus en plus de collectifs militants ou associatifs mettent en effet les décideurs sous pression. Objectif : réécrire les règles du jeu de la décentralisation à la française et transformer les collectivités en laboratoires du changement.                 

 

Mediacités : Après deux records successifs d’abstention en mars et juin 2020, la vie politique locale est-elle encore l’affaire de tous ?

Guillaume Gourgues : Non. Le taux de participation en chute libre devrait tous nous interroger. Mais j’ai préféré me pencher sur l’essor des listes dites participatives et citoyennes, plutôt que saisir ces élections comme une preuve de plus de la faible vitalité de la démocratie locale. Si ce phénomène reste encore très marginal et hétérogène en France – il a concerné moins de 500 villes sur 35 000 communes –, et qu’il laisse très largement indifférent les classes populaires, il est tout de même symptomatique, selon moi, d’une repolitisation en cours de l’échelon local.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 11 minutes

Par Adrien Disson