Derrière l’échec annoncé d’Anne Hidalgo, les ratés et défis du socialisme municipal

Lille, Marseille, Montpellier, Nantes, Rennes et bien sûr Paris... Le PS est à la tête de certaines des plus grandes villes de France mais sa candidate à la présidentielle est enterrée dans les sondages. Au-delà d’Anne Hidalgo et du parti à la rose, ce désastre annoncé est aussi celui de cette « équipe de France des maires » entourant l'élue parisienne, analyse le politologue Frédéric Sawicki.

Rolland_Hidalgo
Anne Hidalgo entourée d’une partie de son “équipe de France des maires” lors de l’annonce de sa candidature à la présidentielle 2022. / Photo : capture compte Twitter de Johanna Rolland

Mediacités : Les échecs (probables) d’Anne Hidalgo et, dans une moindre mesure, de Yannick Jadot et Valérie Pécresse au premier tour de l’élection présidentielle vont-il fragiliser les positions des élus EE-LV, PS ou LR au niveau local ?

Frédéric Sawicki : Pas forcément. Depuis une dizaine d’années maintenant, on observe un décalage croissant entre les bonnes - voire très bonnes - performances des partis politiques classiques (le PS, LR, l’UDI, le PC, mais aussi les Verts) au niveau local et leurs résultats au niveau national. C’est encore frappant cette fois-ci : les dernières élections municipales, régionales et départementales ont beau leur avoir été plutôt favorables, tous risquent de se retrouver dimanche soir sans représentant au second tour. Et cela pour la deuxième fois d’affilée ! Ces deux champs politiques – le local et le national – semblent évoluer de manière de plus en plus autonome. Il peut y avoir un ancrage partisan fort au niveau local, s’appuyant sur les réalisations et la notoriété des élus. Ce qui n’empêche pas les électeurs de ces derniers de voter pour d’autres étiquettes lors des élections présidentielles ou législatives. Et je ne vois pas de raisons pour que ce hiatus disparaisse prochainement.   
 
Sur quoi repose-t-il ?         

Ce ne sont ni les mêmes enjeux, ni tout à fait les mêmes électeurs. Même si les instituts de sondage prévoient une abstention importante pour cette présidentielle, elle devrait rester inférieure à celle des dernières municipales ou régionales, qui . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Benjamin Peyrel