Ebru Firat : « Je suis très heureuse d’être sortie »

La Toulousaine d'origine kurde Ebru Firat, partie combattre Daech avant d’être arrêtée et emprisonnée en Turquie, vient d'être libérée. Elle s'est confiée en exclusivité à Mediacités.

4805
Les premiers pas d’Ebru Firat sur les bords du Bosphore, le vendredi 14 juin. Cette photo nous a été transmise par sa famille.

Comment vous sentez-vous ?

Je vais bien, j’ai passé une semaine particulière depuis lundi [lire le récit de la libération d'Ebru Firat en encadré, NDLR], quasiment sans dormir. Je suis très heureuse d’être sortie et d’être avec ma mère et mes frères. Je me sens bizarre, j'ai du mal à réaliser. Je dirais même que je suis sous le choc depuis ma sortie. Mais je n'oublie pas que c’est une libération conditionnelle et je respecterai les conditions de cette libération.

Quelles sont ces conditions de votre liberté conditionnelle ?

Je dois rester encore un an et trois mois à Diyarbakir en me rendant toutes les semaines au commissariat.

Comptez-vous revenir à Toulouse ?

Oui, bien sûr. Je rentrerai à Toulouse avec ma mère et mes frères car mon père s’y trouve et y travaille. Nous rentrerons tous lorsque cela sera possible.

Comment envisagez-vous votre retour ?

J’ai passé dix ans loin de Toulouse. Moi, j’ai changé. J’avais 18 ans lorsque je suis partie, j’en ai 28 aujourd'hui. Je me demande si la ville, elle, a beaucoup changé. 

Qu’allez vous faire dans les jours qui viennent ?

Je vais me reposer car je n’ai pas beaucoup dormi. Hier soir avec ma mère, nous nous sommes dit quatre mille fois « bonne nuit », mais nous ne pouvions pas nous arrêter de nous parler, de nous prendre dans les bras et de pleurer. Je suis si heureuse. Je compte aussi prendre soin de moi car j’ai quelques soucis de santé, notamment au niveau de mes dents, mais cela va s’arranger.

Avez-vous un message à transmettre aux . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Propos recueillis par Fatihah Chenine