« Ciel ma Mairie », « Sur la tête de mon maire »… Les 135 noms que vous avez suggérés pour notre nouvelle plateforme de fact-checking

Dès la semaine du 11 novembre, Mediacités mettra en ligne une plateforme de vérification d’informations (fact-checking) pour recueillir vos questions sur les municipales dans votre ville. Mais comment nommer un tel outil ? Nous avons posé la question à nos abonné·e·s. Drôles, factuels ou accrocheurs, vos intitulés méritent le détour !

15

Mais où donc allez-vous chercher une telle inspiration ? Pour la première fois de sa jeune histoire, Mediacités a fait appel à ses abonné·e·s pour trouver un titre. Pas le titre d’un article : ça, a priori, nos journalistes savent faire. D’ailleurs, nos discussions les plus animées concernent souvent le titre à donner à un article, pour qu’il soit à la fois court, explicite et percutant. Ce qui donne parfois quelques perles. Comme l’an dernier avec “La politique nantaise à la sauce Bolo”, du nom du 1er adjoint au maire de Nantes Pascal Bolo.

Non, cette fois-ci, le défi était différent : comment nommer cette plateforme sur laquelle vous allez pouvoir, dès la semaine du 11 novembre, nous envoyer vos questions sur le scrutin municipal de votre ville ? 3615 Municipales, le BQM (bureau des questions municipales), le Faketicide… En interne, on avait imaginé une dizaine de noms potentiels, mais aucun ne faisait consensus. Alors on vous a appelé·e·s à la rescousse.

« Municipalator (ou à raison) »

Et on n’a pas été déçu·e·s : en 48h, nos abonné·e·s nous ont envoyé 135 propositions de noms. Juste avant de vous laisser les découvrir en intégralité dans le tableau ci-dessous, nous voulions vous dire à quel point nous avons été impressionné·e·s par la profusion et l’humour qui se dégage de vos suggestions.

Parmi les plus drôles ? « Ciel ma mairie ! », « Les Bourgades du Tigre » ou « Municipalator (ou à raison) ». Hélas, il nous est difficile de les utiliser. Car, au risque de manquer de fantaisie, notre plateforme doit paraître sérieuse et impartiale pour les lectrices et les lecteurs qui la découvrent. Mais on a bien ri en les découvrant. Alors merci !

Vous nous avez aussi suggéré un certain nombre de noms en anglais : « Check ça ! », « Mediacity Check », « Stop Fake »… Mais nous avons préféré éviter les anglicismes, comme dans l’immense majorité des communications de Mediacités – en dehors des « newsletters » que nous n’avons pas encore renommées « infolettres », on l’admet. Même si nous sommes d’accord sur le fait que le recours à l’anglais peut parfois donner des formules plus interpellantes.

Des noms qui en disent long

Et puis il y a toutes les autres propositions, qui en disent long sur ce que vous valorisez ou espérez dans la couverture des élections municipales par Mediacités :

  • La lutte contre l’opacité de nos démocraties locales (« Transparence Municipales », « Clarté Municipales », « Lumières sur la campagne ») ;
  • Le besoin de pédagogie et de fiabilité à l’heure de la désinformation (« Info-Intox », « Le vrai du faux », « Je recherche la vérité »). À noter ici que nous ne confondons pas la vérification des informations avec la délation esquissée par certains des noms proposés (« Le Délator », « BalanceTonMaire », etc.) ;
  • L’éclairage sur les enjeux du scrutin, pour faire le bon choix au moment de vous rendre aux urnes (« Votez Informé », « Tri sélectif », « Éclaircités ») ;
  • Ou encore la possibilité d’envoyer des documents confidentiels (« Muni Leaks », « Toulouse Leaks »), qui ne sera pas la finalité de cette plateforme de fact-checking où nous recueillerons simplement des questions. En revanche, notre interface sécurisée de transmission d’informations sensibles existe déjà et elle s’appelle Lanceur d’enquêtes.

Sans plus attendre, nous vous proposons de découvrir les 135 propositions de noms envoyées par 76 de nos abonné·e·s.

Et au fait : quel nom a-t-on fini par choisir pour cette future plateforme de fact-checking ? Réponse dans quelques jours sur Mediacités. Avec un indice : il est peut-être bien dans les suggestions ci-dessus !

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

15 COMMENTAIRES

  1. En fait une de mes propositions s’est trouvée séparée en deux, il faut lire : “Tonton, pourquoi tu tousses ?”
    Allégorie au système politique patriarcal et paternaliste en voie de déliquescence. Les éléphants socialistes (je veux dire LREM) ne manqueront pas de souligner ce qu’ils analyseront comme une impertinence ; c’est leur problème…

  2. Véracités, ça le fait je pense… “Des communes aux terres” pour être plus large, la cité ramenant à l’urbain.
    Par contre, si quelqu’un pouvait me répondre : je participe aussi au propos en utilisant le terme “tri sélectif”… Mais qu’est ce que le “tri non sélectif” ???

Répondre à florence.delcanto@orange.fr Annuler

Merci d'entrer votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici