La loi interdisant le cumul des fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur, votée en 2014, va entrer en vigueur en juillet. A droite, Nicolas Sarkozy promettait de l'annuler : il a été éjecté de la course à la présidentielle. Le candidat des Républicains, François Fillon, assure qu'il ne touchera pas à cette loi malgré les pressions de son propre camp. A gauche, plusieurs voix s'élèvent pour aller encore plus loin. Dès septembre 2016, alors qu’il n’avait pas encore renoncé à se représenter, François . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.