L'étiquette « La République en Marche » est peut-être un sésame pour les élections législatives – on le vérifiera les 11 et 18 juin prochains -, mais elle suppose une probité sans tache. Guillaume Dekoninck, jeune candidat LREM dans la 5e circonscription du Nord, l'a bien compris. Il n'a pas pris le risque d'avouer à la commission d'investiture deux incidents susceptibles de jeter une ombre sur son parcours extra-politique. Malheureusement pour lui, ce fan de Macron de la première heure, passé d'abord dans le giron socialiste (conseiller municipal de Wavrin, notamment), s . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.