Depuis novembre, chaque jour, aux heures de départ du Thalys, un « périmètre de protection » se met en place en gare de Lille-Europe. Ce dispositif, issu de la loi « SILT » qui a succédé à l’état d’urgence, permet des fouilles à l’entrée d’un espace public. Normalement exceptionnel, il est devenu banal dans le Nord qui concentre 40 % de la totalité des arrêtés pris en France sur le sujet. Soit 31 arrêtés sur les 76 mis en oeuvre ou renouvelés depuis l’adoption de la loi il y a six mois. Un recours massif très localisé qui interpelle. Il n’y a eu en effet aucun autre périmètre dans le reste de la région Hauts-de-France ! Et l’Île-de-France, qui n’est pas avare en grands événements, n’en a connu que onze ! De quoi susciter les interrogations des missions de contrôle de la loi SILT de l’Assemblée et du Sénat, qui se sont toutes deux rendues à Lille. Et pousser Mediacités . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.