«Où est passée la quinzaine d'élus syndicaux de Soliha présents autour de la table lors de la négociation du PSE de 2015 ? » Stéphane Ducrocq, avocat en droit social au barreau de Lille, fait mine de s’interroger. Mais c’est pour donner aussitôt la réponse : « Aujourd'hui, il en reste deux, dont l'une est sous le coup d'une menace de licenciement. En vingt ans de métier, c'est la première fois que je vois cela, c'est un record absolu. » Il s'apprête d’ailleurs à déposer une plainte pour discrimination syndicale dans les prochains jours. Depuis 2013, les dossiers de salariés de l'association s'entassent sur son bureau.

Pendant très longtemps, ils sont venus travailler au « PACT » (propagande et action contre les taudis), l'ancien nom de Soliha, par conviction, voire par militantisme. Le PACT réhabilite l'habitat dégradé et y loge la population trop pauvre pour prétendre aux HLM. Dans le Nord, c'est un grand patron du textile, Ignace Mulliez, qui en est à l’origine, au sortir de la seconde guerre mondiale. « L'association, qui permettait au départ à la grande bourgeoisie lilloise d’encadrer le sous-prolétariat, est peu à peu devenue un opérateur de politiques publiques, désormais aux mains de la Métropole. C'est le dernier filet de sécurité avant la rue ou l'hébergement d'urgence », explique Antonio Delfini, sociologue spécialiste des questions urbaines dans l'agglomération lilloise. Il y a des équipes techniques qui rénovent le bâti, et des travailleurs sociaux qui dépatouillent les situations des ménages. ».

« Soliha, ce n'est pas n'importe quelle association, c'est un acteur principal de la politique de logement de notre Métropole »

Les taudis sont préemptés par les mairies de la MEL qui les transmettent au PACT afin qu'il les restaure. A son apogée, le PACT Métropole Nord possédera jusqu'à 4200 logements. Soit la moitié du patrimoine de la fédération de tous les PACT de France ! Des maisons ou des appartements financés à 100 % par l'argent public, qu'il s'agisse de ventes à l'euro symbolique, de subventions ou d'aides à la pierre. « Soliha Métropole Nord, ce n’est pas n’importe quelle association et dans la politique de logement de notre Métropole, c’est un acteur principal. L’ensemble de nos villes ont utilisé, utilisent, ou utiliseront les services de cette association qui s’adresse aux familles les plus en difficulté et qui les aide à trouver un logement décent », déclamait Max-André Pick, élu LR de Roubaix lors d'une discussion à la MEL le 24 juin 2016. Pour accomplir sa mission, l'association a employé jusqu’à 280 personnes. Mais des années de graves difficultés financières ont ramené les effectifs à 228 salariés en 2016.

Le profil très fragile des locataires de Soliha, ex Pact Métropole Nord (PMN)

Depuis le 15 décembre 2017, il faut soustraire deux personnes de plus, deux employées du service comptable depuis respectivement 12 et 29 ans. Elles ont la surprise, ce matin là, de voir arriver dans leur bureau Dany Colomb, la DRH de l'association. Celle-ci leur demande de réunir leurs affaires et de la suivre dans son bureau. Elles en ressortiront mises à pied à titre conservatoire avant un entretien en vue de leur licenciement pour faute grave, encadrées et raccompagnés jusqu'à la sortie par trois membres de la direction. « J'avais l'impression d'être une terroriste. J'étais dans l'incompréhension totale, raconte l'une des deux licenciées. Et les collègues, pareil. Ils pensaient que la direction allait tomber d . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.