Plonger dans le maquis des 201 organismes de formation d’élus donne le tournis. Ne serait-ce qu’au niveau des tarifs pratiqués. Exemple parmi d’autres : en 2017, 32 élus du groupe Métropole Passion commune (MPC) de la Métropole européenne de Lille (MEL) - dont le président Damien Castelain -, ont suivi le cours « Nouveau code des marchés publics et nouveaux outils de communication ». Un sujet crucial et… lucratif pour System formation. Cet organisme parisien, dirigé par Marie-France Attia, une ancienne élue UMP a été payé 720 euros la journée. Rien d’exhorbitant à première vue. Sauf que ce montant vaut pour chacun des 32 élus. Soit un total de 23 040 euros ! Il ne coûte pourtant pas beaucoup plus cher de former trente élus que cinq…

Autre acteur bien portant de ce marché foisonnant : la société A Senatus Consulto, fondée par Frédéric Derai en 2008. En 2016, les élus des groupes de droite (MCU) et divers-droite (Gidec) de la MEL y ont eu recours à deux reprises pour 9 746 euros ; et les conseillers LR du département du Nord lui ont commandé sept formations pour 59 630 euros. La société présente d’excellents ratios financiers : elle a réalisé 303 000 euros de chiffre d’affaires en 2016 et dégagé 80 000 euros de dividendes pour l’actionnaire également unique salarié. En 2015, les dividendes s’élevaient même à 100 000 euros ! Et l'année 2017 a été encore très profitable.                          

Ces belles rentabilités ont incité presque tous les partis politiques à créer leurs propres structures de formation. Certaines n’y sont pas organiquement rattachées, d’autres carrément intégrées à la comptabilité des partis. Dans tous les cas, ces organismes deviennent les bras armés et financiers des partis politiques. Rien d’illégal dans cette pratique, au demeurant : la loi n’interdit pas à un parti de vendre des prestations même si celles-ci sont imposées aux collectivités par les élus. Voilà qui devrait pour le moins poser question ! Mais le sujet demeure tabou...

Après s’est penché sur le cas des socialistes du Nord et du Pas-de-Calais, Mediacités passe . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.