Bidule_carre_512px

De quoi s’agit-il ?

Dans la région Hauts-de-France, les éoliennes boudent le département du Nord. Le 6 octobre dernier, Le Figaro a sorti un classement du nombre d’éoliennes en zones rurales par département. Résultat : si tous les départements des Hauts-de-France figurent en tête du classement national, le Nord arrive dernier à l’échelle de notre région.       

Tout en haut de la liste, la Somme, qualifiée de « grande première », devance largement les autres territoires. Elle est directement suivie du Pas-de-Calais et de l’Aisne. L’Oise, quant à elle, se classe en huitième position, juste devant le Nord qui finit donc neuvième du classement national. Une place néanmoins importante car la liste du Figaro s’arrête au numéro 64. « Les départements qui ne font pas partie du classement sont ceux où il n’existe aucune installation éolienne », précise l’article.

Faut-il s’étonner de cet écart entre les territoires ? Pas vraiment. Un document de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) paru en mars 2021 dressait déjà le même constat. « Les trois premiers départements français [...] sont la Somme, le Pas-de-Calais et l’Aisne, liste le rapport. Le quatrième est la Marne, dans la région Grand-Est. » Quant au département du Nord, « il reste en retrait ».

Bidule_carre_512px

Le contexte

Pour se donner une idée de la différence d’installations éoliennes dans les départements des Hauts-de-France, la Dreal a listé le nombre de projets éoliens par département. En tenant compte des derniers projets en cours, la région Hauts-de-France dénombre 2 684 mâts. Parmi ceux-là, 1 005 sont situés dans la Somme et seulement 172 dans le Nord. Soit environ six fois moins.      

Le Figaro, quant à lui, a compté le nombre de zones dédiées à l’éolien - qui peuvent comporter plusieurs installations - raccordées au réseau. La Somme en totalise 179 et le Nord uniquement 39. Cet écart entre départements est aussi visible via une carte des éoliennes mise en ligne par la Région.

Bidule_carre_512px

Pourquoi une telle différence ?

Pour comprendre pourquoi des éoliennes fleurissent à certains endroits et en délaissent d’autres, il faut jeter un œil du côté des conditions d’installation de ces dernières. « La filière éolienne est peu développée dans le département du Nord. [...] Des secteurs comme la frange littorale, la métropole lilloise et le bassin minier présentent une densité urbaine et des contraintes environnementales non favorables à l’implantation des éoliennes », détaille le document de la Dreal. En effet, un seul projet a été autorisé à Bondues, dans l’arrondissement de Lille, bien connu pour sa densité de population.

Si l’habitat est l’un des principaux obstacles à l’implantation d’une éolienne - l’infrastructure doit se situer à plus de 500 mètres des habitations -, d’autres critères pèsent également dans la balance au moment du choix. « On ne peut pas développer de parc éolien trop près des couloirs aériens, des zones de protection de la nature, sur des sites mémoriaux, des monuments classés… », liste un membre de l’association France énergie éolienne (FEE), qui représente les entreprises de l’énergie éolienne en France.

À l’inverse, certaines conditions sont plus favorables à l’implantation des éoliennes (qui peuvent mesurer jusqu’à 160 mètres de haut) sur un territoire. Assez logiquement, « la première raison du choix d’implantation d’un parc, c’est le vent à des hauteurs supérieures à 50 mètres », souligne l’article du Figaro. Ensuite, il faut y trouver de la place. « L’éolien, ça s’implante en milieu rural », souligne notre interlocuteur de la FEE. Le département de la Somme comporte 472 000 hectares de surfaces agricoles, qui représentent 76% de la superficie départementale. À l’inverse, avec 362 000 hectares, le Nord possède la plus petite surface agricole des Hauts-de-France, selon la direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF).

Bidule_carre_512px

Les réactions

Reste à trouver un territoire qui réunisse tous ces critères. « Les endroits où implanter les éoliennes se raréfient et se densifient », souligne la FEE. Non sans conséquences. « La question de la saturation paysagère et des effets de l’implantation de nouveaux parcs sur le paysage ou sur certaines espèces d’oiseaux se pose de manière accrue dans le département de la Somme », pointe le rapport de la Dreal.

Dans ce département, un collectif d’habitants s’est formé pour protester contre les nuisances occasionnées par les éoliennes. Ils leur reprochent entre autres son impact sonore et lumineux et son incidence sur la faune locale. Le président de la région Hauts-de-France et candidat à l'Élysée Xavier Bertrand n’a jamais caché son opposition au développement de l’éolien dans les Hauts-de-France. « Les promoteurs de l’éolien, il y en a beaucoup qui ont leur maison au pied d’une éolienne ?, s’est-il interrogé sur Franceinfo début octobre. Quand vous habitez dans une commune rurale, vous avez ce sentiment d’encerclement. C’est impossible à vivre. »

https://www.mediacites.fr/decryptage/lille/2018/06/08/hauts-de-france-eoliennes-pourquoi-tant-de-haine/