9782809840964ORIDe secrets, il n’y a point (ou presque). Mais l’ouvrage est sérieux et se lit d’une traite. Le défi était immense car Gérald Darmanin ne voulait pas de ce livre. D’où, sans doute, la difficulté pour les deux auteurs de convaincre l’entourage du ministre de l’Intérieur de parler. Mais à force d’abnégation, Anita Hausser et Jean-François Gintzburger sont parvenus à cerner une personnalité plus complexe qu’il n’y paraît. De quoi le « darmanisme » est-il le nom ? Tour d’horizon en 6 mots clefs.

Bidule_carre_512px

A comme… Annie Darmanin

Sa mère, omniprésente et charismatique, qui a élevé quasiment seule son fils unique (les parents de Gérald Darmanin se sont séparés alors qu’il avait six ans). Le ministre de l’Intérieur ne cesse de rappeler qu’il est le fils d’une concierge à la Banque de France qui faisait en plus des ménages pour arrondir les fins de mois. « À 9 ans, Gérald voulait déjà être président de la République », explique-t-elle.

Le grand-père maternel, aussi, est convoqué en bonne place dans le story-telling du ministre. Jusqu’à l’excès. Ce tirailleur algérien engagé dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale et gaulliste de la première heure a beaucoup compté. « Je devais m’appeler Moussa, comme mon grand-père, confie Gérald Darmanin. Si cela avait été le cas, je n’aurais sans doute pas fait la même carrière. » Cet ancrage populaire, le ministre en fait une force. « Mon ENA, c’est Tourcoing », a-t-il coutume de dire.

Bidule_carre_512px

B comme… (gros) bosseur

Tout le monde se dit stupéfait par les capacités hors norme de travail et d’assimilation de Gérald Darmanin. À son arrivée au ministère de l’Action et des Comptes publics, il a avalé les dossiers budgétaires à grande vitesse et réussi le tour de force de ne pas subir le poids de la haute administration, composée d’énarques et d’inspecteurs des finances, qui n’aiment rien tant que d’imposer leurs vues aux politiques. Gérald Darmanin est également très apprécié pour son sens de l’organisation. Lors de la conquête de la région Hauts-de-France, le directeur de campagne de Xavier Bertrand qu’il était allait jusqu’à organiser trois rencontres par jour pour le candidat. « Soit un exercice millimétré à l’extrême qui exige de grandes capacités », insiste Anita Hausser.

Bidule_carre_512px

G comme… gaulliste (social)

Pour le coup, on ne peut pas prêter à Gérald Darmanin d’inconstance. Depuis ses débuts en politique, il ne cesse de vanter son appartenance à ce courant politique qui croit en la nécessité d’un État fort, interventionniste sur le plan économique, soucieux de la sécurité de ses concitoyens et du respect absolu de la laïcité tout en étant attentif aux classes populaires. Gérald Darmanin est un « authentique conservateur qui a patiné son côté réac avec la maturité », indiquent les auteurs. Il a ainsi reconnu que son opposition initiale au mariage pour tous était une erreur. Le fait que Gérald Darmanin soit un homme de droite assumé explique pourquoi son ralliement surprise à Emmanuel Macron a été vu comme une traîtrise. Beaucoup, chez les Républicains, ne lui ont d’ailleurs toujours pas pardonné.

Bidule_carre_512px

M comme… mentor(s)

Christian Vanneste, Nicolas Sarkozy, Xavier Bertrand. Ces trois hommes ont beaucoup compté dans l’ascension de Gérald Darmanin. De là à dire qu’ils furent ses mentors, il y a un pas. « Gérald, il est vraiment un cran au-dessus de Xavier Bertrand », assène Daniel Percheron, l’ancien président socialiste de la région Nord-Pas-de-Calais. L’élève aurait-il dépassé le maître ? De l’avis général, Gérald Darmanin ne roule en fait que pour lui. « Lorsqu’il convoitait le ministère de l’Intérieur, raconte Jean-François Gintzburger, on disait que si Christophe Castaner était nommé, il brûlerait le dossier Benalla mais que si c’était Gérald Darmanin, il le photocopierait. » Ambiance… Gérald Darmanin doit aussi beaucoup à Édouard Philippe, dont il a toujours été proche. C’est l’ancien Premier ministre qui l’a imposé au ministère du Budget, malgré son peu d’expérience en la matière. Lorsqu’Emmanuel Macron le reçoit pour la première fois, le 14 mai 2017, il aurait eu cette phrase : « Vous êtes le meilleur de votre génération. » Comment résister ?

Bidule_carre_512px

T comme… Tourcoing

Gérald Darmanin doit beaucoup à la cité des Broutteux. Il s’y est installé par hasard lors de ses années d’étudiant à Sciences Po Lille, afin de payer un loyer moins cher qu’à Lille. Sa victoire aux municipales, en 2014, l’expose à la lumière. Arracher une ville de près de 100 000 habitants à la gauche a été vu comme un exploit à Paris. « Si Emmanuel Macron m’a choisi comme ministre, c’est parce que j'étais maire », ne cesse-t-il de répéter. Pour Jean-François Gintzburger, il est pourtant nécessaire de relativiser cette victoire : « C’est plus la gauche qui a perdu la ville que la droite qui l’a emporté. » Toujours est-il que Gérald Darmanin ne cesse de choyer Tourcoing et « de la surveiller comme le lait sur le feu car il s’agit de son "assurance-vie ministérielle" »… même s’il n’a eu de cesse de la quitter pour d’autres fonctions plus prestigieuses.

Bidule_carre_512px

V comme… viol (présumé)

Les relations avec les femmes constituent un point dur pour le ministre de l’Intérieur, qui a fait l’objet de deux plaintes pour viol. Deux femmes ont assuré que Gérald Darmanin les avait contraintes à des relations sexuelles non consenties en échange d’interventions politiques de sa part pour obtenir des avantages. S’il a bénéficié de deux non-lieux, l’une des affaires a été relancée via une nouvelle plainte avec constitution de partie civile. Ce qui lui a valu une confrontation de 9 heures avec la plaignante le 12 mars 2021… Le ministre a contre-attaqué en déposant, à son tour, une plainte pour dénonciation calomnieuse.

Ces affaires ont marqué un Gérald Darmanin très pudique sur sa vie privée. Tout juste a-t-on appris qu’il s’était marié le 29 août 2020 avec Rose-Marie Devillers, une ancienne consultante d’Havas avec qui il a eu un garçon en avril dernier. Une seule photo de la noce a fuité dans la presse. Un exploit, qui dit beaucoup du goût du secret d’un homme politique... qui en cache encore beaucoup.

Gérald Darmanin, les secrets d’un ambitieux. Éditions L’Archipel.

Ce qui a le plus frappé les auteurs

Anita Hausser : « C’est un bosseur colossal, proche du génie en politique. Il demeure très secret et ne voulait pas répondre à nos demandes car il ne souhaitait pas de bouquin sur lui. C’est uniquement lorsqu’il a compris que nous ne lâcherions pas l’affaire qu’il a fini par m’accorder un entretien. »

Jean-François Gintzburger : « Ce qui m’a le plus surpris, c’est la difficulté à obtenir des témoignages, y compris auprès des membres de son équipe à Tourcoing. Tout semble verrouillé à l’extrême. C’est l’homme politique "ancien monde" par excellence, qui a mis le versant nord-est de la métropole de Lille sous sa coupe. »