Canal Seine-Nord Europe : dix préconisations chocs pour éviter le grand flop

L’étude menée par l’Essec pour le compte des agences d’urbanisme de Lille et de l’Artois alerte sur les graves insuffisances du projet de canal à grand gabarit entre Cambrai et Compiègne. Mediacités liste les conditions incontournables pour faire de ce "chantier du siècle" une réussite économique.

Barge_conteneurs
Pousseur et barge porte conteneur sur la Seine. Photo: Creative Commons/Remi Jouan

Cette fois, c’est sûr ! Sauf énorme coup de Trafalgar, le Canal Seine-Nord Europe va se faire. L’inauguration de cette liaison fluviale à grand gabarit de 107 kilomètres entre Cambrai et Compiègne est prévue au mieux en 2028 - au pire deux à trois ans plus tard. Mais attention ! Creuser un canal pour un montant minimal estimé à 5 milliards d’euros n’est pas la solution miracle. À elle seule, l’infrastructure ne suffira pas à obtenir les fameux reports modaux et espérer, par exemple, 500 000 à 600 000 camions de moins par an sur l’autoroute A1.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Jacques Trentesaux