En matière de déchets radioactifs, le village de Bure, dans la Meuse, cristallise depuis des mois l’attention médiatique et la mobilisation des opposants à l’énergie atomique. En cause : le méga-centre d’enfouissement des déchets nucléaires en construction dans cette commune. Il pourrait ouvrir ses portes au plus tôt en 2025. Ce que l’on sait beaucoup moins, c’est qu’une autre poubelle radioactive prendra du service dès l’an prochain. Et celle-ci ne se trouve pas en pleine pampa française comme à Bure mais sur le site de la centrale nucléaire du Bugey, à 35 kilomètres de Lyon. Son nom ? Iceda, pour « Installation de conditionnement et d’entreposage de déchets activés ».

Longtemps mis à l’arrêt à cause de déboires juridiques, un permis de construire annulé puis restauré, Iceda permettra à EDF d’entreposer une partie des déchets issus du démantèlement du réacteur 1 du Bugey… entre autres. La première unité de la centrale nucléaire de l’Ain date d’un autre temps. Mise en service en 1972, elle est à l’arrêt depuis 1994, mais les opérations pour mettre définitivement fin à son activité ne se sont terminées que… fin 2005 !

Le combustible y a été évacué, les circuits ont été vidangés et toutes les installations non nucléaires démontées. Mais le réacteur de cet immense parallélépipède de 85 mètres de haut contient encore 500 tonnes de graphite radioactif et renfermerait plus d’acier (contaminé par la radioactivité) que la tour Eiffel ! C’est un vestige de l’ancienne filière graphite gazBugey 1 est le dernier réacteur à Uranium naturel graphite gaz (UNGG) construit par EDF. Cette filière a été abandonnée peu après à la faveur des réacteurs à eau pressurisée de technologie américaine.[/annexe . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.