Pendant longtemps, le metam-sodium a été la « potion magique » du maraîchage : compliquée à utiliser, mortifère pour tout ce qui est vivant (pour faire court), mais rudement efficace pour désinfecter les sols avant un semis de mâche et plutôt bon marché. Sans surprise, les maraîchers nantais s'imposaient en champions de ce produit phyto-sanitaire dangereux, clients quasi-exclusifs en France, au point que les autorités leur avaient demandé de réduire leur consommation.

Avec effet, d’ailleurs, puisque la quantité de metam-sodium (MS) achetée en Loire-Atlantique est passée de 670 à… 29,5 tonnes de 2013 à 2017 (source BNV-d). Et qu’à en croire le SRAL (service régional de l’alimentation), seules 25 entreprises du département en avaient acheté en 2018. Bref, la menace d’une interdiction était brandie depuis déjà 10 ans et, étant donné ces efforts significatifs, tout laissait penser qu’elle resterait en l’air encore 10 ans de plus.

Mais par une belle journée d’automne, le 9 octobre 2018, dans la petite commune de Brain-sur-l’Authion, tout s’est enrayé. Mal appliqué, le metam-sodium intoxique 76 personnes. Des salariés de l’exploitation maraîchère concernée, mais aussi des riverains, dont beaucoup découvraient à cette douloureuse occasion la présence de ces nouveaux voisins dans ce petit coin du Maine-et-Loire. Largement relayée dans les médias, « l’affaire » a vite pris de l’ampleur, jusqu’à déboucher sur l’interdiction totale et définitive de la potion magique des maraîchers.

https://www.mediacites.fr/nantes/enquete-nantes/2017/11/09/comment-les-pesticides-empoisonnent-la-loire-atlantique/
Les maraîchers pris de court
La d . . .

Il vous reste 73% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !