A Roubaix, une psychologue de rue pour récupérer les exclus de l’école

Marion Zeghdoudi va à la rencontre les jeunes Roubaisiens et propose des ateliers contre le décrochage scolaire dans une ville qui concentre un quart des exclusions définitives du département. Une initiative exceptionnelle dans le Nord mais dont le financement est menacé.

psy rue-Marion Zeghdoudi
Marion Zeghdoudi est une des deux psychologues de rue du département du Nord. Elle travaille à Roubaix. Photo : Nadia Daki

Les jeunes l’appellent « Madame la psy ». Tous les soirs, elle arpente les rues des quartiers populaires de Roubaix, en compagnie d’un éducateur spécialisé, à la rencontre des enfants, des adolescents et des jeunes de 11 à 25 ans. Marion Zeghdoudi est une psychologue de rue. Une appellation peu courante et une pratique du métier qui ne l’est pas moins. Elle ne discute pas dans un cabinet à l’ambiance feutrée mais dans les rues de l’Alma, l’Epeule ou encore l’Hommelet, des quartiers dont on parle plus souvent pour leurs faits-divers ou leur taux de chômage.
Nouer des relations authentiques
Marion Zeghdoudi est arrivée en 2019 à l’AEP (Association éducation et prévention), un club de prévention qui officie dans les quartiers nord et ouest de Roubaix. « Je me demandais comment j’allais être reçue », se souvient-elle. Des appréhensions sur la ville et ses quartiers ? « Pas du tout. Je trouve qu’il y a beaucoup d’exagération sur ce qui se raconte sur Roubaix. Les jeunes sont adorables, très attachants et parlent très facilement. » La jeune femme, presque trentenaire, affirme n’avoir jamais essuyé de remarques sexistes. « Le plus important c’est l’authenticité. A partir du moment où on explique qui on est et pourquoi on est là, les jeunes nous font confiance. »

Si méfiance il y a, elle est vis à vis de son métier. « Lorsque je dis que je suis psychologue, les jeunes me rétorquent immédiatement “je ne suis pas fou” ou “mon pote fait le psy, il m’écoute, on fonctionne comme ça”. Je suis très lucide, partage-t-elle. Mon objectif principal est de tisser du lien. Si l’image qu’ils ont d’un psy . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Nadia Daki