Université de Nantes : Carine Bernault, cette inconnue devenue l’une des femmes les plus puissantes de l’Ouest

A 49 ans, cette juriste a réussi là où son prédécesseur, Olivier Laboux, avait échoué : apaiser la pétaudière de l’enseignement supérieur nantais et constituer Nantes Université, ce gros paquebot rassemblant les facs et plusieurs grandes écoles. Un bilan, plutôt salué, dont la réussite dépend néanmoins de l’obtention du label I-Site et de sa capacité à gagner le bras de fer financier avec l’État.

Carine Bernault presidente de Nantes Universite fevrier 2022 (c) Thibault Dumas
Carine Bernault, présidente de Nantes Université depuis le 1er janvier 2022. / Photo : Thibault Dumas

Bien peu connaissent son nom. Pourtant, la voilà devenue l’une des femmes les plus puissantes du Grand Ouest. Carine Bernault, 49 ans, préside depuis le 1er janvier dernier l’armada Nantes Université. Une flotte de six établissements, dont les facs, le CHU, l’école d’archi (Ensan), les Beaux-Arts (Esbanm) ou encore Centrale Nantes. 43 000 étudiants, 5 000 salariés, 42 laboratoires de recherche et 424 millions d’euros de budgets annuels cumulés… 

Sur le papier, voici donc cette juriste, spécialiste de la propriété intellectuelle, à la tête de la cinquième université française. Dans les classements internationaux, on la trouve plutôt à la 20e place nationale. Mais les choses pourraient rapidement évoluer. Car l’ambiance est fébrile, ces derniers jours, dans les couloirs du bâtiment de la présidence

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Par Thibault Dumas