La mairie défend le bilan de sa réorganisation des centres socioculturels toulousains

Il aura fallu trois mois à la mairie de Toulouse pour répondre à nos questions sur la réorganisation des centres socioculturels. Dans notre article du 28 juin, nous expliquions comment celle-ci avait engendré de nombreux arrêts maladie et de la souffrance au travail pour les 300 agents de la direction de l’animation socioculturelle de Toulouse.

Relire notre article : L'audit qui dézingue la réorganisation des centres socioculturels à Toulouse

Contactée dès le 20 avril, la municipalité avait préféré garder le silence. Elle nous a finalement adressé des précisions dans un courriel daté du 27 juillet dernier. Selon la collectivité, la réorganisation de la Direction de l'animation socioculturelle (Dasc) s'est faite dès 2016 « sur la base d'un diagnostic réalisé après plus de 50 entretiens individuels et collectifs avec les agents de la direction ». Élaborée pendant deux ans, cette réorganisation a eu pour point d'orgue une réunion à la salle de la Brique Rouge à Empalot en novembre 2017 et non en 2018 comme nous l'indiquions dans notre article. Dont Acte.   

Selon la mairie, l’opération « a généré la création de nouveaux postes qui ont fait, en toute transparence, l’objet d’appels à candidatures. La mobilité a donné l’opportunité à des personnes en poste depuis de nombreuses années (plus de 20 ans pour certaines) d’appréhender de . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

Actions en justice : la mairie de Toulouse manque à son devoir de transparence

Quand une commune est impliquée dans une procédure judiciaire, elle doit le rendre public. À Toulouse, la mairie n’a pas respecté cette obligation réglementaire dans au moins 30 cas.

Le retour de Sandrine Mörch au journalisme fait des vagues à France Télévisions

Une phrase malheureuse de l'ex-députée de Haute-Garonne a provoqué l'ire du syndicat national des journalistes de la chaine publique que compte réintégrer Sandrine Mörch.