Occupation du théâtre Graslin à Nantes : « on est en situation de pouvoir gagner »

Plutôt que de continuer à courber le dos, une poignée de professionnels du spectacle a pris les choses en main à Nantes, en occupant le théâtre Graslin. Dans un mélange d’angoisse, d’espoir, de fête et de lutte. Pour changer la vie. Choses vues par notre partenaire, Mediapart.

Graslin Une
Devant le théâtre Graslin occupé, à Nantes. / Photo AP – Mediapart

Le théâtre Graslin, haut lieu culturel et patrimonial nantais, est entré en résistance et dans la danse. Le spectacle vivant, là aussi, n’en peut plus d’être déclaré pour mort, avec tous ces lieux mis sous cloche et ces professionnels de jour en jour fragilisés, cloués au sol et, pour beaucoup, en rupture de droits aux indemnisations chômage : « Artistes en déconfiture », comme ils se définissent.

Alors une quarantaine de comédiens, techniciens, musiciens ou danseurs se sont emparés des lieux mercredi 10 mars. Nuit et jour. Depuis, sur le parvis, chaque après-midi, sous le regard des huit Muses (il manque la neuvième, celle de l’astrologie, Uranie) surplombant les huit colonnes du bâtiment néoclassique, ça revendique un max et ça swingue sec : sens de la fête et fête du sens.

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

A l’occasion de la journée de la presse indépendante, profitez de ce week-end portes ouvertes pour lire cet article et tous les autres :

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 9 minutes

Par La rédaction de Mediapart