Boulevard Royal, Luxembourg. Photo d'illustration : CC BY-SA 4.0 / GilPe

Le Luxembourg, l’autre paradis fiscal préféré des Mulliez

On savait déjà que la très riche famille Mulliez, 6e fortune de France avec 26 milliards d’euros selon le magazine Challenges, propriétaire d’enseignes réputées comme Auchan, Decathlon, Norauto ou Boulanger, aimait beaucoup la Belgique. Plusieurs de ses membres les plus éminents y résident sans cacher qu’il s’agit avant tout de profiter de la douceur fiscale de son climat. Ils y habitent toujours malgré la suppression en 2018 de l’impôt sur la fortune, impôt honni à l’origine de leur exil, comme l’expliquait récemment à L’Humanité le député belge Marco Van Hees
Marco Van Hees
Dans une interview à L'Humanité le 8 octobre 2020, ce député du Parti du travail de Belgique, spécialiste des questions fiscales, détaille pourquoi « les Mulliez sont emblématiques de l'exil fiscal » dans son pays. Extraits :

« Il est toujours très utile d’habiter en Belgique pour échapper à toutes sortes de taxes. Par exemple, les holdings bénéficient d’un traitement de choix : sauf exception, on ne taxe pas les plus-values sur actions, qu’elles soient détenues par des personnes physiques ou des sociétés. Nous disposons également du système des RDT, c’est-à-dire les revenus définitivement taxés, qui est une déclinaison belge du régime mère-fille : lorsqu’une société reverse des dividendes à sa maison mère . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Recours contre l’élection de Martine Aubry : les voyants sont au vert pour la maire de Lille

Le tribunal administratif a examiné jeudi les requêtes déposées contre le résultat de la dernière élection municipale à Lille. Dans son avis, le rapporteur public plaide en faveur de la gagnante de juin. Tout comme les décisions de la Commission nationale des comptes de campagne.

Nouvelle Cité administrative de Lille : le « oui, mais » des experts

Mediacités a pu consulter l’avis du Secrétariat général pour l’investissement, une structure qui relève du Premier Ministre et qui suit les grands projets d’investissement. Le rapport est assorti de sérieuses réserves.