Soupçon de favoritisme à Rio : GL Events ne répond plus    
De nouveau au cœur du scandale ! L'an dernier, Olivier Ginon avait été épinglé pour des ristournes accordées à Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle 2017. Cette fois-ci, selon nos confrères de Mediapart, son entreprise GL Events est soupçonnée par la justice brésilienne de favoritisme dans l’obtention de la concession du Rio Centro, « l'un des plus prestigieux centres de congrès d'Amérique du Sud ».

Jusqu’alors, le Brésil faisait figure d’Eldorado pour le patron lyonnais. Un véritable « jackpot » selon ses propres termes. Depuis dix ans, le géant de l’événementiel y multiplie les marchés d’importance : Jeux olympiques en 2016, Coupe du monde de football en 2014, concession du centre d’expositions de Sao Paulo et Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) en 2013…   L’année des JO, le pays d’Amérique latine représentait plus de 12% du chiffre d’affaires mondial de GL Events (953 millions d'euros).

Mais, c’est pour un contrat antérieur à cette période faste que l’entreprise est mise en cause. Selon des documents consultés par Mediapart, dont des échanges de mails, le groupe d’Olivier Ginon et la mairie de Rio de Janeiro se seraient illégalement entendus sur le montant de la concession du Rio Centro. L’appel d’offres aurait m . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 900 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !