Municipales : et maintenant Képé !
Il ne manquait plus que lui. Ce lundi, Georges Képénékian s’est déclaré candidat à la mairie de Lyon. Le premier adjoint de Gérard Collomb connaît le poste : c’est lui qui a joué « l’intéri-maire » entre 2017 et 2018, quand le baron était ministre de l’Intérieur. Sauf qu’entre les deux hommes, tout a changé depuis. « Képé » se lance sans l’aval du maire de Lyon – « resté sans voix », selon Le Progrès – ou plutôt contre lui. L’ancien chirurgien soutient David Kimelfeld, le président sortant du Grand Lyon, en guerre contre Gérard Collomb pour l’autre scrutin de mars 2020, l’élection métropolitaine.  Il ne sollicitera pas l’investiture de La République en marche (LREM). « Nous arrivons à la fin d’un cycle de 20 ans, déclare-t-il dans Tribune de Lyon. Je crois qu’il faut aujourd’hui proposer quelque chose de nouveau. » Pour mémoire, Georges Képénékian, 70 ans, n’est dans les bagages de Gérard Collomb (d’abord comme adjoint à la Culture, puis premier adjoint et remplaçant) « que » depuis 11 ans… La moitié du cycle donc.

Avec ce nouveau candidat déclaré, « le berceau de la Macronie » qu’est Lyon se transforme chaque jour un peu plus en pétaudière. Hier, mardi 14 octobre, les instances parisiennes de LREM ont accordé, sans surprise [lire L’œil de la semaine dernière] l’investiture du parti à Gérard Collomb pour l’élection métropolitaine. Il aura sur sa route son ancien dauphin David Kimelfeld, parti à la bataille en dissident de son parti et ragaillardi par l’entrée en piste de Georges Képénékian. « Je me réjouis de ce choix, qui marque le début d’une grande complicité », a-t-il déclaré. Les deux trublions d’En Marche pourraient faire tribune commune ce mercredi soir pour le meeting du président de . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !