Lyonnais, si vous cherchez une nouvelle voiture, Anne Brugnera l’a trouvée pour vous. Dans le dernier numéro du magazine Nouveau Lyon, la députée LREM du Rhône se prête à l’exercice du « j’ai testé pour vous ». Sa cible ? Une Volvo XC40 : un luxueux SUV 4x4 dont le prix oscille entre 31 650 et 53 640 euros. A ce tarif, vous aurez une auto « robuste et sûre », certes un peu lourde, mais qui « donne une impression de puissance », comme le détaille Anne Brugnera, qui livre ses impressions au volant du monstre, photo à l’appui. Un moment épique, pointé sur Twitter par Rémi Zinck, un responsable Europe Ecologie - Les Verts du Rhône.                         

Sur une pleine page, la parlementaire commente chaque gadget et option du véhicule. On y apprend que l’ex-candidate à l’investiture LREM pour les municipales à Lyon (elle a finalement jeté l’éponge il y a dix jours) a eu une longue « carrière d’automobiliste », son ancien emploi la conduisant souvent à prendre la route. Même si la députée assure aujourd’hui utiliser au quotidien « surtout ses pieds, les Vélo’v, les transports en commun », elle indique tout de même piloter « à l’occasion » une Jeep dans sa maison de campagne. De quoi conserver la fibre de la bagnole.

Pas une publicité déguisée, selon Nouveau Lyon

Publicité grossière pour la marque, comme certains internautes l'ont affirmé sur Twitter ? Pas si sûr. Car si le ton est clairement favorable à Volvo, la page du magazine est présentée comme un article classique, dans la rubrique « Mobilité », avec la même mise en page que le reste de le publication. Le texte est signé par Fabien Fournier, journaliste et fondateur de Nouveau Lyon, magazine spécialisé dans l’immobilier et l’urbanisme créé en 2016. Dans ces conditions, difficile pour le lecteur de savoir ce qu’il a sous les yeux.

« C'est un vrai article. Il arrive qu'on ait des publi-rédactionnels dans Nouveau Lyon, ils sont alors signalés comme tels et ne sont pas signés. Mais là ce n'est pas le cas », affirme Alexandre Buisine, l'un des journalistes de la rédaction [par ailleurs pigiste régulier de Mediacités]. Selon lui, le test de voiture est une nouvelle rubrique du magazine, le premier ayant été réalisé avec un gros concessionnaire de la région lyonnaise. « Bien sûr l'article n'est pas très critique, mais la député ne dit pas non plus que du bien, poursuit-il. Est-ce qu'elle doit se prêter à cela ? Je comprends qu'on puisse se poser la question, mais nous n'avons en tout cas eu aucune rémunération pour cet article de la part de Volvo. Et la député non-plus n'a rien touché. »

Contactée par Mediacités, Anne Brugnera n'a pas souhaité répondre à nos questions et nous a renvoyés vers Nouveau Lyon. Sollicité pour savoir pourquoi Anne Brugnera avait été choisie en particulier pour cet exercice, Fabien Fournier n'avait pas pu être joint à l'heure où nous publions. 

Reste que la démarche interpelle. Elle pourrait constituer une entorse au code de déontologie des députés, qui doivent notamment s'abstenir d'utiliser « les locaux ou les moyens de l’Assemblée nationale pour promouvoir des intérêts privés ». En novembre 2017, le député de La France Insoumise François Ruffin s’était fait taper sur les doigts pour avoir diffusé une vidéo YouTube tournée dans son bureau de l’Assemblée nationale, invitant le spectateur à acheter le journal Fakir lui appartenant. Une publicité dont il avait reconnu lui-même qu’elle était malvenue. Si les locaux et moyens de l'Assemblée nationale n'ont pas été utilisés dans le cas d'Anne Brugnera, sa fonction de député est belle et bien mise en avant à plusieurs reprises dans l'article, au profit de la marque de voiture dont il tresse les louanges. 

Pollution, dangerosité : le SUV, « la pire des voitures »

L’article laisse aussi songeur sur la prise de conscience environnementale de l'ancienne adjointe à l'éducation de Gérard Collomb à la ville de Lyon. L'élue macroniste ne dit pas un mot sur le moteur Diesel du modèle de chez Volvo, ni sur sa taille et son poids imposants, pourtant synonyme de pollution , de consommation d’espace dans une ville déjà saturée et de dangerosité accrue pour les piétons et cyclistes qui croisent sa route. Car le SUV est peut-être la « pire des voitures au plus mauvais moment pour la planète », comme l’écrit le site Les Jours, qui consacre une – passionnante – série à ce sujet. On ne saurait trop conseiller à Anne Brugnera de la lire.   

Actualisation, 28 octobre – Anne Brugnera, qui n'avait pas souhaité répondre à Mediacités, s'est justifiée dans d'autres médias en avançant... la cause des femmes (!). Si la députée a accepté de jouer le jeu du test de Nouveau Lyon, c'est, selon elle, parce qu'elle « a trouvé particulièrement intéressant que le sujet voiture, généralement genré, soit abordé par le prisme d'une femme ».    

  • Article mis à jour le jeudi 24 octobre à 11h45, en intégrant le passage sur la rencontre en 2017 entre Anne Brugnera et le DRH de Volvo Trucks.
  • Article mis à jour le vendredi 25 octobre. Nous écrivions par erreur que Volvo était également propriétaire de Renault Trucks, entreprise lyonnaise historique. Le groupe Volvo Cars appartient en réalité depuis 2010 au groupe chinois Geely et n'a plus de lien avec le groupe AB Volvo, propriétaire de Renault Trucks. Le passage a été supprimé. 

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).