L’oeil de Mediacités : Élections à l’Université de Nantes ; Uberisation ; Colère maraîchère

Sale ambiance dans les communes maraîchères de Loire-Atlantique ; Après les élections, l'Université de Nantes prête à se donner une nouvelle tête ; L'uberisation gagne du terrain en Pays-de-la-Loire... chez les banquiers... Bref, une semaine nantaise sous le regard de Mediacités.

Logo Nantes Tapis

Sale ambiance dans les communes maraîchères de Loire-Atlantique
Les maires des communes maraîchères de Loire-Atlantique ont reçu début février une lettre des Maraîchers nantais. L’objet du courrier : « climat délétère ». On y apprend qu’un producteur de mâche du département a découvert, lundi 3 février 2020, des « slogans tagués à la peinture sur ses outils de production dans une parcelle près de Nantes ». Pas de nom, pas de médiatisation, mais « une plainte a été déposée ». La Fédération a en revanche choisi d’informer les élus, par une lettre au ton particulièrement véhément. Le(s) auteur(s) du délit y sont assimilés à des « Prêcheurs de l’Apocalypse », terme tout droit sortie de la rhétorique FNSEA (le syndicat majoritaire), qui a également inventé le terme « d’agri-bashing ». La Fédération des maraîchers invite aussi les élus à ne pas céder à « l’instrumentalisation facile des réseaux sociaux pour construire un lobby terroriste (sic) auprès des actuels ou futurs élus ». Et en guise de preuve de leur volonté de dialogue, les maraîchers proposent un mail, question.maraichage@maraichersnantais.fr , à laquelle élus et administrés pourront adresser leurs questions. Il n’est pas précisé si les journalistes pourront eux aussi envoyer leurs questions (mais on essaiera, même si on n’a encore jamais obtenu de réponse)… En tout cas, quelques semaines après la mise en place de la cellule nationale de suivi . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Benjamin Peyrel, Thibault Dumas et Julie Reux