Sale ambiance dans les communes maraîchères de Loire-Atlantique
Les maires des communes maraîchères de Loire-Atlantique ont reçu début février une lettre des Maraîchers nantais. L’objet du courrier : « climat délétère ». On y apprend qu’un producteur de mâche du département a découvert, lundi 3 février 2020, des « slogans tagués à la peinture sur ses outils de production dans une parcelle près de Nantes ». Pas de nom, pas de médiatisation, mais « une plainte a été déposée ». La Fédération a en revanche choisi d’informer les élus, par une lettre au ton particulièrement véhément. Le(s) auteur(s) du délit y sont assimilés à des « Prêcheurs de l’Apocalypse », terme tout droit sortie de la rhétorique FNSEA (le syndicat majoritaire), qui a également inventé le terme « d’agri-bashing ». La Fédération des maraîchers invite aussi les élus à ne pas céder à « l’instrumentalisation facile des réseaux sociaux pour construire un lobby terroriste (sic) auprès des actuels ou futurs élus ». Et en guise de preuve de leur volonté de dialogue, les maraîchers proposent un mail, question.maraichage@maraichersnantais.fr , à laquelle élus et administrés pourront adresser leurs questions. Il n’est pas précisé si les journalistes pourront eux aussi envoyer leurs questions (mais on essaiera, même si on n’a encore jamais obtenu de réponse)… En tout cas, quelques semaines après la mise en place de la cellule nationale de suivi . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Benjamin Peyrel,  Thibault Dumas  et  Julie Reux
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.