FC Nantes : le championnat stoppé, les ennuis continuent pour Waldemar Kita

Et le FC Nantes fit son retour sur le devant de la scène… Pas pour ses résultats sportifs, bien sûr, le championnat de France de football étant arrêté depuis mars, suite à l’épidémie de coronavirus (les Canaris finissent donc la saison à la 13e place). Mais, une fois encore, en raison des pratiques de son président, l’homme d’affaire Waldemar Kita.

Les lecteurs de Mediacités commencent à bien connaître le personnage. Il y a un peu plus de deux ans, nous consacrions trois longues enquêtes à ses affaires. Entre autres révélations, nous décrivions dans le détail comment il utilise des sociétés holdings, domiciliées en Belgique, au Luxembourg, voire aux Iles vierges britanniques, pour échapper en partie à la fiscalité française.

https://www.mediacites.fr/nantes/dossier/waldemar-kita-et-le-fc-nantes/

Comme nous l'expliquions, ces montages lui valaient alors l’intérêt du fisc. Quelques mois plus tard, on apprenait ainsi qu’une enquête préliminaire du Parquet national financier (PNF) avait été ouverte sur sa « situation fiscale personnelle ». Samedi 13 juin, L’Équipe révélait que cette dernière toucherait à sa fin. Selon le quotidien, Waldemar Kita serait accusé de fraude fiscale et se serait fait confisquer plusieurs biens, parmi lesquels son yacht, le K Grace, évalué à 2,5 millions d’euros.

Si le patron du club nantais a refusé de répondre aux questions de L’Équipe, se réservant pour celles « qui seraient éventuellement posées par la justice », l’un de ses proches n’a pas tourné le dos aux journalistes. Lundi soir, sur RMC, alors que l’émission L’Afterfoot s’interrogeait sur l’influence de l’agent franco-belgo-iranien Mogi . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

La maire de Nantes, Johanna Rolland, élue présidente de France Urbaine

Réélue à la tête de la ville et de la métropole de Nantes en juin dernier, l'élue socialiste prend aussi celle de France Urbaine, association et outil d'influence des grandes villes et métropoles françaises.

Johanna Rolland, bien placée pour prendre la tête de France urbaine

L’association regroupant les élus des grandes collectivités françaises élit aujourd’hui son président. La maire de Nantes est en bonne position pour succéder au toulousain Jean-Luc Moudenc. Et continuer de faire son trou au niveau national.