Image d'illustration : étudiants en amphi à l'université de Bordeaux // © Olivier Got - Université de Bordeaux

La systématisation des cours à distance avec le confinement creuse-t-elle la tombe du modèle universitaire ?

Sa parole est rare et sa plume acérée. Dans un dossier consacré aux universités vidées de leurs professeurs et de leurs étudiants par la crise sanitaire, le quotidien L’Opinion donne la parole à l’écrivain Philippe Forest. Professeur de littérature à l’université de Nantes depuis près de 25 ans, il y dresse un constat plutôt rude et pessimiste de l’enseignement à distance pratiqué ces derniers mois. Une pratique systématisée pour les circonstances mais qui ne fait que confirmer, selon lui, une tendance bien plus lointaine, conduisant vers cette « tyrannie numérique » qu’il dénonçait dans un essai par en septembre.   

Avec l’auteur – entre autres – de Sarinagara, tout le monde en prend pour son grade. Le système universitaire dans son ensemble, bien sûr, mais aussi les étudiants et enseignants, plongés d’après lui dans une forme d’acceptation passive. « Je m’attendais à des réactions de rejet » mais « finalement beaucoup d’entre eux trouvent leur compte à ne pas remettre les pieds à la fac. Sans aller jusqu’à parler de la “servitude volontaire” de La Boétie, c’est un fait qu’une partie . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

A Nantes, la pollution de l’air provoque chaque année 64 décès prématurés

Pour la première fois, une étude menée à l'échelle européenne s'intéresse à la surmortalité engendrée par la pollution de l'air au dioxyde d'azote et aux particules fines. Si Nantes s'en tire mieux que d'autres métropoles françaises, le chemin vers une ville "respirable" est encore long.

Près de Nantes, le maire de La Montagne teste un nouveau type d’arrêté anti-pesticides

La guérilla juridique contre les pesticides continue. Le maire de La Montagne, près de Nantes, vient de signer un arrêté d’un genre inédit en France : le texte considère les pesticides comme des déchets et interdit à ce titre leur rejet. Explications.