La systématisation des cours à distance avec le confinement creuse-t-elle la tombe du modèle universitaire ?

292909-universite-de-bordeaux-amphi-olivier-got-universite-de-bordeaux-766×438
Image d’illustration : étudiants en amphi à l’université de Bordeaux // © Olivier Got – Université de Bordeaux

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Benjamin Peyrel

Pour Philippe Forest, écrivain et professeur de littérature à l'Université de Nantes, la systématisation des cours à distance pendant le confinement accélèrent l’avènement d'une « dictature numérique » à l'université.

Sa parole est rare et sa plume acérée. Dans un dossier consacré aux universités vidées de leurs professeurs et de leurs étudiants par la crise sanitaire, le quotidien L’Opinion donne la parole à l’écrivain Philippe Forest. Professeur de littérature à l’université de Nantes depuis près de 25 ans, il y dresse un constat plutôt rude et pessimiste de l’enseignement à distance pratiqué ces derniers mois. Une pratique systématisée pour les circonstances mais qui ne fait que confirmer, selon lui, une tendance bien plus lointaine, conduisant vers cette « tyrannie numérique » qu’il dénonçait dans un essai par en septembre.   

Avec l’auteur – entre autres – de Sarinagara, tout le monde en prend pour son grade. Le système universitaire dans son ensemble, bien sûr, mais aussi les étudiants et enseignants, plongés d’après lui dans une forme d’acceptation passive. « Je m’attendais à des réactions de rejet » mais « finalement beaucoup d’entre eux trouvent leur compte à ne pas remettre les pieds à la fac. Sans aller jusqu’à parler de la “servitude volontaire” de La Boétie, c’est un fait qu’une partie . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment