Le 12 mars, deux jugements en référé du Tribunal de Grande Instance de Toulouse ont interdit à Enedis la pose de son compteur Linky dans le logement de 13 habitants originaires de la Haute-Garonne et de l'Ariège. Les plaignants avaient fourni à la justice Toulousaine des certificats médicaux dits d'« électrosensibilité ». La juge Anne-Véronique Bitar-Ghanem a donc reconnu leur souffrance.

https://twitter.com/MidiLibre_Eco/status/1108057672467841024

Y a t-il pour autant un rapport de cause à effet entre les rayonnements des « courants porteurs en ligne » générés dans les logements et les pathologies décrites par les certificats médicaux ? Un rapport (lire ci-dessous) de l'Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) établit que les rayonnements incriminés sont très peu puissants et que la probabilité d'un effet nocif est très faible.

AP2015SA0210Ra

Néanmoins, l'Anses ajoute qu'« il n’existe pratiquement aucune littérature scientifique traitant des effets sanitaires de l’exposition à long terme aux compteurs communicants » et recommande le lancement d'études.