L'ardoise de Toulouse Métropole
605 000 euros, c’est la somme que réclame le Syndicat de Bassin Hers-Girou (SBHG) à Toulouse Métropole et à la ville de Toulouse. L'ardoise concerne la participation de ces dernières au financement de la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (Gemapi) sur le territoire de la Métropole. A l'origine de la discorde, une évolution de la législation en 2018, donnant la possibilité aux intercommunalités d'assumer cette compétence devenue obligatoire ou de la laisser aux syndicats tels que le SBHG.

Alors que douze des treize intercommunalités concernées dans le périmètre du SHBG ont choisi d’y siéger, Toulouse Métropole a anticipé cette compétence dès 2016, stoppant le versement de sa cotisation au SBHG en 2018 et 2019 pour un total de 375 000 euros. La ville de Toulouse ne s'est pas non plus acquittée de sa part, s'élevant à 230 000 euros en 2017. Unilatérale, la décision toulousaine a été invalidée par le Préfet, le 23 mars 2017, considérant que les autres communes concernées devaient être associées en amont à cette démarche. Saisie le 25 avril 2017, la juge des référés du Tribunal administratif a débouté la Métropole. La collectivité a aussitôt fait appel de cette décision auprès du conseil d’État qui a lui aussi rejeté cette requête. Le jugement sur le fond sera rendu le 15 novembre. Entre-temps, et malgré ces désaveux, la Métropole a créé son propre service Gemapi employant aujourd'hui une quinzaine de personnes

Municipales 2020 : Les communistes toulousains disent oui à Nadia Pellefigue
Lors d’un . . .

Il vous reste 46% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Avatar de Gael Cerez,  Frédéric Dessort  et  Bruno Vincens
Nourrit sa curiosité en tant que journaliste depuis l'an deux mille quatorze. S'intéresse aux innombrables facettes de notre société. Petite prédominance pour l'économie, l'histoire, la géopolitique, les sciences... entre autres choses.