Un projet de centrale solaire flottante sème la discorde à Miremont

Favorables à la transition énergétique, les riverains et la mairie de Miremont refusent l'implantation d'une centrale solaire flottante sur un lac de cette commune, par peur pour la biodiversité et leur qualité de vie. Un dossier symptomatique des réticences face aux énergies renouvelables.

PhotoMiremont1_Drone Vue d ensemble large
Le lac de Miremont vu par drone, à 25 Km au sud de Toulouse. Crédit GD.

Aigrettes, carpes, cormorans... Pierre Delfour recense les espèces du lac de Mazade à Miremont, une commune de 2 500 habitants, située à 25 kilomètres au sud de Toulouse. Installé sur ses berges depuis 50 ans avec sa femme Françoise, l'octogénaire montre des oies grises et leurs petits. « Les pêcheurs croisent les familles le dimanche, c'est un lac connu pour sa faune et sa beauté », glisse-t-il. Une riche biodiversité s'est développée sur cette ancienne gravière reconvertie en lac il y a trente ans. Mais pour lui, « tout sera détruit si Boralex arrive à ses fins ».

Boralex ? Un autre oiseau, mais de mauvais augure pour ces Miremontais. L'entreprise canadienne d'énergie renouvelable, forte de 192 millions d'euros de chiffre d'affaires dans l'hexagone en 2020, projette depuis cinq ans d'installer sur le lac un parc photovoltaïque flottant. Au total, 26 676 panneaux solaires répartis en trois îlots occuperaient près de la moitié de la superficie du plan d'eau - soit 9,61 de ses 23 hectares. Le projet ne manque pas d'atouts : l'inclinaison plus faible des panneaux que sur une surface terrestre et leur refroidissement par l'eau du lac permettrait d'améliorer leur productivité sur le long terme. Des arguments de taille pour l'entreprise, qui tente de convaincre la vingtaine de familles riveraines et la municipalité... mais réussit surtout à agréger les colères. Et à faire de ce projet, un nouvel exemple des réticences face à la façon dont se déploie la transition énergétique, alors que l . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Léna Coulon