Protection de l’enfance : en Haute-Garonne, le département avoue son impuissance à remplir sa mission

Délais indignes de prise en charge des enfants, carence grave de postes... Malgré des efforts depuis 2019, le conseil départemental n'arrive pas à assumer correctement sa mission de protection de l'enfance. Un constat d'échec qui s'explique par un sous-investissement historique dans un territoire en explosion démographique.

MANIF PROTECTION ENFANCE bq
Environ 80 employés du service de la protection de l’enfance ont manifesté devant le conseil départemental de Haute-Garonne, à Toulouse, le 17 janvier 2022. / Crédit photo Gael Cérez

Manque de personnel pour réaliser les enquêtes après signalement d’enfants en danger et pour assurer le suivi des mesures de protection, manque de places dans les structures d’accueil… Depuis 2019, les agentes de l’aide sociale à l’enfance en Haute-Garonne (ASE 31) dénoncent l’incapacité de leur service à assurer correctement sa mission. Ce lundi matin 17 janvier matin, à Toulouse, malgré les – 2°C, elles étaient un peu moins d’une centaine – en majorité des femmes – à manifester devant le siège du conseil départemental, dont dépend leur administration.

« Un enfant identifié comme ayant besoin de soin et d’un suivi psychologique a trouvé une famille d’accueil en novembre, trois mois après l’ordonnance de placement et sans n'avoir jamais reçu de soin », raconte Aurélie, référente aide sociale à l’enfance (ASE) à Frouzins, en Haute-Garonne. « Résultat, l’enfant a craqué et développé un comportement violent, poursuit-elle. La famille d’accueil a jeté l’éponge au bout d’un mois. Nous avons trouvé un nouveau lieu d’accueil en urgence, mais c’est temporaire et il n’a toujours pas de suivi médical. » Faute de familles d’accueil en nombre suffisant, les enfants placés atterrissent parfois bien loin de la Ville Rose. « On nous suggère de placer des enfants âgés de 1 ou 2 ans à Perpignan ou, au mieux, près de Saint Gaudens », constate Véronique, sa collègue puéricultrice.
Une crise durable
Le problème n’est pas nouveau. Fin 2019, la mobilisation massive de ces professionnelles avait donné lieu à un « Plan . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Caroline Carissoni