À Lille, des habitants se réapproprient une place dominée par les voitures

Le collectif Saint-Michel en transition se mobilise pour transformer la place Philippe Lebon en un lieu plus vert, ouvert à toutes les expérimentations.

2022-06-jardin-lebon
Chaque mois, une dizaine d’habitants se retrouvent pour un « rendez-vous jardinier » sur la place Philippe Lebon à Lille. Photo : collectif Saint-Michel en transition

Le banc d’eau arrive ! Ce nouveau mobilier urbain imaginé par un collectif d’habitants sera installé le 17 juin 2022 sur la place Philippe Lebon, à deux pas du métro République. Il va récupérer l’eau de pluie qui tombe des toits de l’école Pasteur. Mais on pourra aussi s’y asseoir pour papoter ou rêvasser. S’il fait ses preuves, l’objet pourra être dupliqué dans toute la ville : les plans, dessinés par deux jeunes designers lillois, sont en open source. Pour réaliser ce prototype, le collectif Saint-Michel en transition a obtenu 40 000 euros en émargeant en 2019 au budget participatif lancé par la municipalité.

Fondé il y a sept ans, ce collectif d’habitants compte une petite centaine d’adhérents. Il s’est donné pour objectif de rendre le quartier « moins vulnérable face aux crises écologiques, énergétiques, économiques et sociales qui menacent ». Ce qui passe notamment par la reconquête de la place Philippe Lebon. « C’était un carrefour conçu pour les voitures, rappelle Jean-Damien Guilloy, membre actif de l’association. Nous nous sommes mobilisés pour en faire un square, avec de la biodiversité et des usages collectifs. »

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Sylvain Marcelli