À Lille, des consultations pour aider les femmes traumatisées par un accouchement difficile

Depuis mars 2021, une équipe de quatre médecins a mis en place des groupes de « discussion autour de la naissance » à la maternité lilloise Jeanne de Flandre pour aider les mères à surmonter leurs blessures. Une initiative unique en France.

2022-10-Marine-Deschepper
Après un premier accouchement difficile, la Lilloise Marine Deschepper craignait de revivre cet événement traumatisant lorsqu’elle était enceinte de son fils Camille. Photo : Brianne Cousin / Mediacités

«Je pensais que j’allais avoir un accouchement idyllique. Mais j’ai l’impression de l’avoir subi. » Dans le cabinet du professeur Charles Garabedian, à la maternité Jeanne de Flandre de Lille, Aurélie Vermeulen retrace, d’une voix morne, un événement vécu il y a cinq ans. Aujourd’hui enceinte pour la deuxième fois, la trentenaire est encore secouée par la naissance de son premier enfant, dans ce même hôpital. « On ne m’a pas expliqué. Ça a été trop vite, mon conjoint n’était pas avec moi. On m’a ouvert le ventre, je n’ai pas compris ce qui m’arrivait… »

C’est surtout après sa douloureuse césarienne que la vie d’Aurélie Vermeulen devient infernale. « Tout le monde te dit que c’est que du bonheur, que c’est le plus beau jour de ta vie. Mais on ne dit pas assez que c’est difficile d’être parent, qu’un bébé ça pleure beaucoup et que ça ne dort pas », raconte-elle à Mediacités au sortir de la consultation. Honteuse, la jeune maman n’ose tout d’abord pas parler de son mal-être, par peur d’être jugée. « La dépression post-partum, j’en avais entendu parler, mais sans plus. Je ne pensais pas que c’était ça. Je pensais que je n’étais pas normale, que je devais être heureuse. » Sur les conseils de sa mère, elle se rend chez un médecin, réussit à mettre des mots sur son état psychiatrique et commence à suivre un traitement adapté. « Quand j’en ai parlé à mon médecin, j’ai compris que d’autres mamans vivaient la même chose que moi. »     

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Brianne Cousin