Le 29 juin 2017, le conseil de Toulouse Métropole votait pour le financement d'une nouvelle liaison routière à l'est de l'agglomération, sur les communes de Balma, Quint-Fonsegrives et Toulouse, « pour améliorer l'accès à l'agglomération et au périphérique ». L'opération est coûteuse : estimée à 39,5 millions d'euros, elle devait être financée à 50 % par la société Autoroutes du Sud de la France (ASF) et à 50 % par la métropole et la région. Le problème, c'est que 15 jours avant ce vote, l'Autorité indépendante de régulation du secteur autoroutier (Arafer) s'était déjà prononcée contre le projet, dans un avis daté du 14 juin 2017 !

Pour chaque investissement qu'elles effectuent, les sociétés privées d'autoroutes Le réseau autoroutier français est géré par 19 sociétés privées d'autoroutes. Elles signent un contrat de concession avec l’État. L’État reste propriétaire des infrastructures mais . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 47% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.
Isabelle Jarjaille
Journaliste indépendante​ depuis 2011​, j'enquête sur la gestion des services publics par le privé et son impact sur les finances publiques.​ ​Mon livre enquête "Services publics délégués au privé, à qui profite le deal ?" est sorti le 27 mars 2018​. ​Je suis également en charge du cours Techniques d'enquête en licence Info Com à l'IUT de Lannion et je porte un projet d'éducation aux médias dans deux lycées agricoles. Je suis membre du bureau du Club de la presse de Bretagne, pour promouvoir les médias et ceux qui les font au quotidien : les journalistes, notamment les pigistes.