La troisième ligne de métro toulousaine va-t-elle créer plus de 20 000 emplois, comme l’annonce Jean-Luc Moudenc ?

Question de Guillaume : Alors que l’élection est à venir, J.-L. Moudenc annonce plus de 20 000 créations d’emplois pour sa 3èmeligne de métro. Ça me semble énorme en comparaison d’études similaires pour le grand Paris ou le tunnel sous la manche. Est-ce fondé ?

Bonjour,

Prévue pour 2025, la 3ème ligne de métro alimente le débat de la campagne municipale à Toulouse. « Le chantier de cette future ligne de métro représentera un total de 23 500 emplois sur sa durée », a déclaré, le 11 juin, le maire sortant Jean-Luc Moudenc, à l’origine du projet. Un chiffre qu’il a même réévalué à 25 000 face à son adversaire Antoine Maurice, à l’occasion du débat d’entre-deux tours organisé par La Tribune. Des chiffres flatteurs qui, comme vous le mentionnez, sont plus élevés que pour d’autres projets d’ampleur. Entre 15 000 et 20 000 emplois par an sont annoncés pour les travaux publics du Grand Paris Express, 8 800 nouveaux équivalents temps plein devraient être générés pour la deuxième ligne de métro rennaise alors que le tunnel sous la Manche a, lui, permis de créer 8 500 emplois. Des comparaisons qui, effectivement, interpellent. Mediacités a tenté de les vérifier.

Interrogé, l’économiste spécialiste des transports, Yves Crozet évoque un « effet d’annonce » courant pendant les campagnes électorales. « Ces chiffres veulent tout dire et ne rien dire à la fois. Ils n’ont pas vraiment d’intérêt », tranche l’économiste. Selon lui, ils rassemblent des emplois directs et indirects, que le maire de Toulouse a additionné pour impressionner. « On ne peut pas dire que c’est faux, poursuit-il. Mais en additionnant des choux et des carottes, on peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres. »

100 000 euros par emploi

Un simple calcul permet d'ailleurs de les relativiser. « Le projet coûte 2,7 milliards : chaque poste reviendrait donc à plus de 100 000 euros. Ça fait cher la création d’emploi », estime Yves Crozet. Et l'expert de souligner que « le but de ces projets n’est pas de créer des emplois ». Toute communication sur ce thème n'aurait donc pas de sens. Et d'ajouter, ironique : « Sinon vous faites creuser les gens à la petite cuillère et vous créez 200 000 emplois. »

Afin d’obtenir le détail de ces promesses d'emplois, Mediacités a tenté de solliciter la liste de Jean-Luc Moudenc par l’intermédiaire de son porte-parole, Pierre Esplugas-Labatut. Ce dernier a bien confirmé le chiffre de 23 500 emplois créés en s’appuyant sur la déclaration d’utilité publique (DUP), mais n’a pas souhaité livrer plus d’informations. Il s’en explique d’une manière étonnante : « Je vous rappelle que nous sommes en fin de campagne, que les demandes affluent et qu'il nous est impossible de déployer autant d'énergie pour les demandes de Mediacités et Mediapart qui, je ne vous le cache pas, produisent un rendu qui nous est systématiquement défavorable. » La transparence serait donc sélective. Il est donc impossible, pour l’heure, de vérifier pleinement la véracité du nombre d’emplois créés avec la troisième ligne de métro, et sur lequel Jean-Luc Moudenc communique tant.

Romain Bizeul

Posez-nous vos questions


Les dernières réponses de Veracités