La préfecture lève le couvre-feu à Toulouse

La rocade de Toulouse, de nuit. / © Alexandre Delbos - Wikimedia Commons

Question de Clara a Mediacités: « Bonjour, est-ce que le couvre-feu s’applique toujours pendant le confinement ? En d’autres termes, peut-on sortir pour se déplacer autour de son domicile après 21h ? »

Mis en place vendredi 16 octobre, un couvre-feu a été imposé par la préfecture de Haute-Garonne à partir de 21h, et jusqu'à 6h du matin, à Toulouse et dans 43 communes alentours. Il a même été étendu à l'ensemble du département, le 23 octobre, pour freiner la progression de l'épidémie.
 
Une semaine plus tard, le gouvernement a décidé de reconfiner l'ensemble du pays du 30 octobre au 1er décembre, limitant les déplacements de chacun toute la journée ainsi que la nuit dans un périmètre d'un kilomètre, sauf pour certains motifs, professionnels notamment.
 
Dans ce contexte, le couvre-feu a-t-il été maintenu, comme s'interroge avec raison notre lectrice Clara ? Les déplacements encore autorisés sont-ils interdits à partir de 21h ? Est-il possible au contraire de prendre l'air, à 2h du matin pour les noctambules et les insomniaques ou de faire sa séance de course à pied avant l'aube pour les lève-tôt ?
 
Interrogée le 30 octobre à ce sujet, la préfecture de Haute-Garonne vient de nous donner sa réponse, ce 5 novembre : « Il n'y a plus de couvre-feu, le confinement l'ayant remplacé, annonce-t-elle. Peu importe l'heure de sortie, le déplacement doit rester exceptionnel et doit obéir à l'un des motifs de déplacement dérogatoire, sur la base de l'attestation dûment remplie et signée. »
 
Si le couvre-feu est levé à Toulouse, la . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois