Une année à la Boissière, étape précaire sur le long parcours des migrants

Depuis plusieurs mois, certaines places de parking au pied des immeubles de ce quartier de Nantes Nord sont occupées par des caravanes. Elles servent d’abris de fortune à des populations précaires, dont beaucoup de migrants qui débarquent sur Nantes. La Boissière devient alors pour eux un refuge transitoire.

Boissiere_ep_9_home
Une caravane, sur un parking de la Boissière, quartier de Nord Nantes devenu une étape sur le long et tortueux parcours de populations migrantes. / Photo : Armandine Penna

Une vielle caravane a longtemps occupé le parking situé derrière le centre commercial de la Boissière, voué à la destruction. Mais depuis la rentrée, elle a disparu. Il a été fait place nette pour préparer l’arrivée des premiers engins de chantier, toujours annoncée comme imminente. Au fil des mois, cette caravane et ses deux occupants, Nadir et Ibra*, sont devenus des figures du quartier. L’après-midi, les deux amis avaient pris l’habitude d’offrir du thé à la menthe aux habitants de passage et ils bénéficiaient en retour de la solidarité des « gens des tours », comme ils aimaient les appeler.        

Un jour, celui-là leur avait « donné deux kilos de sardines à griller en rentrant du boulot », un autre « s’était ramené avec un cageot de fraises à peine abîmées ». Après plusieurs années à bourlinguer en France, Nadir est venu « se poser un peu par hasard à la Boissière ».

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Par Elvire Bornand et Frédérique Letourneux