Valenciennes : les macronistes anti-Degallaix se mettent en marche

Première étape vers une liste La République en Marche dissidente à Valenciennes. Alors que LREM a apporté son soutien au maire sortant de Valenciennes Laurent Degallaix, un collectif citoyen composé en partie de marcheurs mécontents entre en campagne. « On veut apporter un peu d’humanité dans une campagne qui n’est pas à la hauteur de la métropole que devrait être Valenciennes », expose Sébastien Verschueren, co-créateur du collectif, avec l’avocate Betty Rygielski, référente locale du mouvement féministe « Nous Toutes ». Ex-conseiller municipal à Bruay-sur-l’Escaut entre 2008-2014 sous les couleurs du Modem, Sébastien Verschueren est aujourd’hui porte-parole des « Marcheurs libres », un mouvement désireux de défendre un macronisme détaché du clivage gauche/droite.

Composé pour le moment d’une quinzaine de membres, le collectif baptisé « Départ » - abréviation de « Démocratie participative » - espère rassembler d’ici au 27 février (date de dépôt des listes en préfecture) les 45 personnes nécessaires pour monter une liste de marcheurs anti-Degallaix . « Si ça ne marche pas, on proposera nos idées aux candidats ouverts d’esprit. On veut être des casse-c… et faire bouger les choses à Valenciennes », résume un des membres de « Départ » qui aurait aimé appeler le collectif « Grain de sable », en référence à… DeuxGalets. Pas sûr que ça fasse rire tout le monde.

Alexandre Lenoir

Précédemment dans l'Oeil

Hauts-de-France : A quoi correspondent les 100 000 emplois verts promis par Karima Delli ?

Question de Yves à Mediacités : « La liste d’union de la gauche aux régionales dans les Hauts-de-France annonce la création de 100 000 emplois « verts et durables » ? Qu’y a-t-il concrètement derrière cette promesse ?»

À Faches-Thumesnil, le maire LFI rattrapé par une difficile promesse de campagne

Lors de la campagne des municipales, l'Insoumis Patrick Proisy avait promis un moratoire sur un projet immobilier réclamé par une association de riverains. Aujourd'hui, rien ne va plus entre ces derniers et le maire LFI.