A Faches-Thumesnil, ce projet immobilier polémique qui a (peut-être) changé le sort des municipales

Plan Vilogia Jappe-Geslot
Le plan du projet d’aménagement Jappe-Geslot à Faches Thumesnil. / ©

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Nadia Daki

Contesté par plus de 500 personnes, le projet de construction de 480 logements dans le secteur Jappe-Geslot a joué un rôle dans la victoire de la liste d'union des gauches menée par l'insoumis, Patrick Proisy. Mais c'est lui qui doit désormais gérer cette "patate chaude".

Faches-Thumesnil, plus grande ville française dirigée par un maire insoumis. Et si cette commune de 17 800 habitants, arrachée à 247 voix près, devait sa singularité à la polémique sur un projet immobilier de l’ancienne majorité divers droite ? La centaine de membres de l’association « des riverains des rues La Fontaine, Racine, Jean-Jaurès et de la Jappe » sont en tout cas persuadés d’avoir contribué à faire la différence. Leur pétition « Stop au projet d’urbanisation massive Jappe-Geslot », a réuni 550 signatures. Soit plus de deux fois la marge victorieuse de la liste d’union des gauches menée par Patrick Proisy. 

Cher à Nicolas Lebas, maire emblématique de la ville pendant 18 ans avant de passer la main à Nicolas Mazurier en décembre dernier, le projet n’a pas été un problème pour les riverains pendant longtemps. La première version qui circule entre 2012 et 2019, prévoyant 400 logements, mais également des jardins, sur 5,4 hectares, ne les inquiète pas. Tout change avec la présentation d'une nouvelle mouture en mars 2019. Celle-ci compte 80 logements de plus. Et surtout, « les immeubles initialement prévus à 40 mètres de nos jardins se retrouvaient tout d’un coup à 5 mètres », explique Matthieu Nowak, président de l’association. De quoi boucher non seulement la vue des riverains mais . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment