Le plan du projet d’aménagement Jappe-Geslot à Faches Thumesnil. / ©

A Faches-Thumesnil, ce projet immobilier polémique qui a (peut-être) changé le sort des municipales

Faches-Thumesnil, plus grande ville française dirigée par un maire insoumis. Et si cette commune de 17 800 habitants, arrachée à 247 voix près, devait sa singularité à la polémique sur un projet immobilier de l’ancienne majorité divers droite ? La centaine de membres de l’association « des riverains des rues La Fontaine, Racine, Jean-Jaurès et de la Jappe » sont en tout cas persuadés d’avoir contribué à faire la différence. Leur pétition « Stop au projet d’urbanisation massive Jappe-Geslot », a réuni 550 signatures. Soit plus de deux fois la marge victorieuse de la liste d’union des gauches menée par Patrick Proisy. 

Cher à Nicolas Lebas, maire emblématique de la ville pendant 18 ans avant de passer la main à Nicolas Mazurier en décembre dernier, le projet n’a pas été un problème pour les riverains pendant longtemps. La première version qui circule entre 2012 et 2019, prévoyant 400 logements, mais également des jardins, sur 5,4 hectares, ne les inquiète pas. Tout change avec la présentation d'une nouvelle mouture en mars 2019. Celle-ci compte 80 logements de plus. Et surtout, « les immeubles initialement prévus à 40 mètres de nos jardins se retrouvaient tout d’un coup à 5 mètres », explique Matthieu Nowak, président de l’association. De quoi boucher non seulement la vue des riverains mais . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Tourcoing : les trois échecs de la politique de la ville à la Bourgogne

Malgré une rénovation urbaine ambitieuse dans les années 2000, l’attractivité du quartier classé “prioritaire” s’est encore dégradée, selon un rapport de la Cour des comptes.

Squat du 5 étoiles : la justice relaxe la majorité des opposants à l’expulsion

Le tribunal correctionnel de Lille a rendu son verdict dans le procès des seize personnes interpellées suite à l’expulsion du squat du 5 étoiles, le 4 juin 2019.