Le futur DGS de la MEL, Marc Pons de Vincent, lors d'un séminaire des cadres de la Ville de Reims, en 2019. Capture d'écran d'une vidéo de la Ville de Reims.

La MEL retrouve un Directeur général des services

Le départ aussi brutal que discret de Bruno Cassette, le 23 octobre dernier, avait laissé la Métropole européenne de Lille sans patron pour son administration. Cette curieuse vacance de poste sera enfin comblée le 1er janvier prochain. Le président de la collectivité, Damien Castelain, a annoncé par communiqué, ce vendredi 4 décembre, la nomination de Marc Pons de Vincent à ce poste stratégique.

Diplômé de Sciences-Po Lyon, titulaire d’un DESS d’administration publique et d’un DEA de science administrative, Marc Pons de Vincent était jusqu’ici DGS de la Communauté urbaine et de la ville de Reims après avoir occupé les mêmes fonctions à la tête de la collectivité territoriale Corse et du département de la Loire. Il a été également directeur adjoint du cabinet de Benoist Apparu, secrétaire d’État chargé du logement et de l’urbanisme, en 2010.

Considéré comme un grand professionnel, Marc Pons de Vincent a toujours servi des collectivités locales dirigées par des personnalités politiques de droite, ce qui fera sans doute grincer quelques dents dans le groupe socialiste de Martine Aubry. C'est également le cas du directeur de cabinet Olivier Bernard, arrivé à la MEL début novembre. 

Si les raisons du départ de Bruno Cassette ne sont pas clairement établies, Damien Castelain prend en tout cas la peine, dans son communiqué, de remercier son ancien bras droit et ami « pour son engagement sans faille à mes côtés pour faire de la MEL cette administration puissante et modernisée qui est la nôtre aujourd’hui ». Un avis qui n'est pas du tout partagé par la CGT de la collectivité qui se réjouit dans son dernier journal interne du départ de Bruno Cassette et de la fin « de six années de management par la terreur ». Marc Pons de Vincent aura fort à faire pour remettre la métropole sur de bons rails. 

Précédemment dans l'Oeil

Roubaix : le conseil municipal réduit au rôle de chambre d’enregistrement

En signe de défiance contre le maire de Roubaix et trois élus de la majorité poursuivis pour « escroquerie aggravée », les élus d’opposition ont quitté le conseil municipal jeudi 21 octobre. Permettant d’expédier la séance en à peine 20 minutes.

Les dessous de l’explosion de la taxe foncière à Lille

D'après l’Union nationale des propriétaires immobiliers, la taxe sur le foncier bâti à Lille a bondi de 36 % entre 2010 et 2020, faisant de la capitale des Flandres la troisième grande ville de France où cette hausse est la plus forte. Mais ce chiffre appelle des explications...