Martine Aubry lors de son élection comme maire de Lille le 3 juillet 2020. Photo : Mediacités

Recours contre l’élection de Martine Aubry : les voyants sont au vert pour la maire de Lille

En juin, Martine Aubry n’avait dû sa victoire aux municipales qu’à 227 voix de plus que Stéphane Baly. Un écart si faible qu’il permettait au rival écolo, ainsi qu’à Violette Spillebout, l’autre candidate (LREM) présente au second tour, d’espérer l’annulation du scrutin. Mais les trois recours déposés au Tribunal administratif de Lille - examiné lors d'une audience jeudi 18 février -, semblent bien mal engagés. Comme l'annonçait France 3, le rapporteur public suggère en effet de les rejeter. Or cet avis - consultatif - est généralement suivi par le juge. La décision du tribunal est attendue dans les quinze jours.

Le premier argument développé par les adversaires de Martine Aubry vise des signatures d’électeurs différentes sur les registres entre le premier et le second tour. Si ces divergences ne sont pas forcément un signe de fraude, elles induisent un doute sur l’électeur, et conduisent le juge à retrancher une voix. Produire 227 signatures douteuses permettrait ainsi d’invalider l’élection lilloise. Problème, en raisons des contraintes liées à la Covid-19, l’équipe Baly n’a pu étudier que 70 registres sur 130 tandis que l’équipe Spillebout s’est limitée aux listes de 29 bureaux. Les écologistes affirment avoir relevé 350 signatures suspectes. Mais un certain nombre . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Nouvelle Cité administrative de Lille : le « oui, mais » des experts

Mediacités a pu consulter l’avis du Secrétariat général pour l’investissement, une structure qui relève du Premier Ministre et qui suit les grands projets d’investissement. Le rapport est assorti de sérieuses réserves.

Le Luxembourg, l’autre paradis fiscal préféré des Mulliez

Une partie de la famille propriétaire d’Auchan, Decathlon et autre Norauto a choisi de résider en Belgique pour échapper à l’impôt en France. Mais c’est tout le clan qui bénéficie des montages et des investissements réalisés au Luxembourg où ses membres détiennent pas moins de 74 sociétés, révèle Le Monde à l’occasion de son enquête OpenLux