Gustave Dassonville, ex-maire d'Halluin et secrétaire départemental de LR dans le Nord.

Ça chauffe à la fédé LR du Nord, Gustave Dassonville a les oreilles qui sifflent

Lancée le 29 mars, la campagne des élections internes au parti Les Républicains fait des étincelles dans le Nord. La bataille pour la présidence du mouvement dans le département oppose le sortant, Sébastien Huyghe, 51 ans, député de la 5e circonscription depuis 2002, au « bébé Sarkozy », Antoine Sillani, 30 ans, maire-adjoint de Croix. Cette compétition est en principe arbitrée par le secrétaire départemental, Gustave Dassonville, en charge de l’organisation du scrutin. Problème : celui-ci est un proche de Sébastien Huyghe. Or, contrairement à l’usage, l’ex-maire d’Halluin n’a pas été remplacé par un référent extérieur, ce qui alimente les doutes sur son impartialité. Des doutes… et même plus, à lire le courrier d’avertissement (avec accusé de réception) que lui a envoyé Aurélien Pradié, le secrétaire général de LR, le 31 mars dernier dont Mediacités a eu connaissance.

Lettre Aurélien Pradi

« J’ai été alerté par des incidents survenus dans le cadre des élections internes de votre département, lui écrit le n°2 du parti au niveau national. Comme vous le savez, le secrétaire départemental organise le scrutin localement et a pour mission de veiller à son bon déroulement et d’observer la plus grande neutralité tout en s’assurant que l’élection se déroule dans la sérénité et le respect de tous. » Un rappel des statuts qui se transforme très rapidement en rappel à l’ordre : « Par conséquent, il est évident que vous êtes dans l’obligation de garantir une stricte neutralité de traitement entre tous les candidats. » On ne saurait être plus clair.

Plusieurs problèmes semblent avoir justifié cette soufflante des instances nationales comme l’envoi, le jour du lancement officiel de la campagne, d’un magazine aux adhérents avec la photo de Sébastien Huyghe en première page. Autre irrégularité, la publication, par Gustave Dassonville, d’un communiqué officiel sur le Facebook local du parti où il répond aux « accusations de non impartialité » d’Antoine Sillani et où il l’attaque sur le nombre de parrainages reçus. En cause aussi les difficultés qui lui auraient été faites d’accéder au précieux fichier des 1 817 adhérents LR du département à jour de cotisation.

Les recommandations, formulées par le secrétaire national du parti LR sur un ton comminatoire, semblent faire référence à ces incidents. « Vous devez vous assurer que l’ensemble des moyens de la Fédération (fichiers, réseaux sociaux, magazine, courriers postaux…) ne sont pas utilisés pour favoriser une candidature et plus particulièrement encore durant la campagne officielle », intime-t-il à Gustave Dassonville. « Il vous appartient de veiller au respect d’utilisation des règles des fichiers ». Ou encore : « Vous êtes tenu d’accéder aux demandes de communication par courrier postal d’un candidat. »

Pour Antoine Sillani, une telle lettre apparaît comme une première victoire. Elle renforce son statut de challenger, déjà soutenu par quelques maires du département - tels ceux de Croix, d'Avesnes-sur-Helpe, d'Haumont ou de Marcq-en-Baroeul - et bénéficiant de la tutelle bienveillante de Xavier Bertrand. Reste à savoir si elle peut influer sur le résultat d'un scrutin (électronique) qui s'approche à grands pas. Réponse le 12 avril (ou le 14, en cas de second tour).

Précédemment dans l'Oeil

Vice-présidence des Hauts-de-France : les 15 lieutenants de Xavier Bertrand

Réélu président de la région Hauts-de-France pour un second mandat le 2 juillet, Xavier Bertrand a présenté son équipe resserrée dans la foulée. Premier constat : une très grande continuité prime. Neuf des quinze vice-présidents étaient déjà présents - avec quasiment les mêmes délégations - lors du mandat précédent. Autre constat fort : huit d’entre […]

Salle de consommation à moindre risque : piquée au vif, Martine Aubry se tourne vers le Premier ministre

Tout était jusqu'alors sur les rails pour la future salle de consommation à moindre risque lilloise, qui devrait voir le jour sur le boulevard de Metz d’ici le 1er octobre. Mais une intervention du ministre de l’Intérieur est venue chambouler les plans de la municipalité. L’avenir du dossier dépend à présent du Premier ministre.