Xavier Bertrand a été réélu à la tête de la région Hauts-de-France pour le mandat 2021-2028. Photo : CR/Twitter.

Vice-présidence des Hauts-de-France : les 15 lieutenants de Xavier Bertrand

Réélu président de la région Hauts-de-France pour un second mandat le 2 juillet, Xavier Bertrand a présenté son équipe resserrée dans la foulée. Premier constat : une très grande continuité prime. Neuf des quinze vice-présidents étaient déjà présents - avec quasiment les mêmes délégations - lors du mandat précédent. Autre constat fort : huit d’entre eux sont également maires, dans le droit fil d’une liste régionale construite autour d’un réseau d’élus et très pauvre en personnalités issues de la société civile. « C’était presque une élection sénatoriale », pointe le politiste Fabien Desage. Ce qui occasionnera à nouveau d'importants cumuls d'indemnités, comme lors de la mandature précédente.

Trois hommes neufs font leur apparition dans l’exécutif régional avec des délégations importantes : Arnaud Decagny, maire de Maubeuge (apprentissage et artisanat) ; le boucher et président de la Chambre des métiers Laurent Rigaud (emploi) ; et le « joker » Frédéric Motte, chargé d’une mission transversale Rev3 sur la transition écologique. « C’est le signe d’une volonté forte de Xavier Bertrand de relancer ce chantier en passant toutes les politiques régionales (la formation, les finances…) au prisme de cet enjeu majeur », estime l’entrepreneur et ancien patron du Medef Hauts-de-France.

Trois nouvelles femmes figurent aussi dans l’équipe rapprochée… mais avec des délégations de moindre importance - tout au moins au regard des budgets consacrés : Anne Pinon, maire de Dury (santé) ; Amel Gacquerre, adjointe au maire de Béthune (ville et logement) ; et Véronique Teintenier, responsable d’une association de chasse, propulsée à la… biodiversité. Un pied de nez confirmé aux écologistes-naturalistes anti-chasseurs fortement pénalisés lors du mandat précédent. « La composition d'un exécutif répond à des exigences fortes en termes de territoires, de parité ou d'appartenance politique, résume un pivot de la nouvelle équipe. Ceci explique que les délégations attribuées ne sont pas toujours en phase avec les compétences des personnes. »

Les 15 vice-présidents de l’exécutif du Conseil régional des Hauts-de-France, nommés le 2 juillet en séance plénière d'installation.

Des gagnants et des perdants

Au petit jeu des gagnants et des perdants, on relèvera la flatteuse place de 2e vice-président de Christophe Coulon (ruralité et… sécurité, un thème pourtant hors compétence régionale) qui fait dire aux exégètes qu’il serait bien placé pour remplacer Xavier Bertrand si celui-ci était appelé à d’autres fonctions. Le maire de Roubaix Guillaume Delbar fait, quant à lui, figure de grand perdant puisqu’il perd sa vice-présidence à la Rénovation urbaine et au Logement. L’intéressé, qui assure « ne pas avoir fait acte de candidature », semble toutefois soulagé : « J’ai tellement de projets à développer à Roubaix que me libérer du temps pour être là où je dispose du plus d’impact et de valeur ajoutée est une nécessité pour moi et une source d’épanouissement personnel », confie-t-il à Mediacités.

Le plus futé d’entre tous reste sans nul doute Gérald Darmanin. Le ministre de l’Intérieur, qui fut brièvement le 2e vice-président de Xavier Bertrand au début du mandat précédent, a habilement basculé sur l'élection départementale où il se doutait qu'il serait confortablement réélu. Ce fut le cas à 65 % (mais moins de 12,5 % des inscrits !) sur "son" canton de Tourcoing 2. De quoi préserver ses arrières, s'extraire d'un combat régional risqué sous la bannière majorité présidentielle et ne pas trop s'exposer dans la rude bataille qui s'annonce pour la présidentielle entre son « patron » Emmanuel Macron et son « ami » Xavier Bertrand.

Il faudra attendre le 20 juillet pour disposer de toutes les précisions sur le périmètre des délégations des vice-présidents. Mais d’ores et déjà, un dernier constat majeur s’impose. L’exécutif est tout à la main de Xavier Bertrand qui concentre toujours et encore l’essentiel du pouvoir. Un indice ? Aucun vice-président n’a en charge les finances ni même l’économie. En ce sens, Xavier Bertrand, qui a réaffirmé récemment dans les colonnes de L’Aisne nouvelle qu’il n’entendait pas démissionner de la région Hauts-de-France pour mener la campagne présidentielle, est l’exact symétrique du président Macron. Un hyperprésident.

Précédemment dans l'Oeil

Les dessous de l’explosion de la taxe foncière à Lille

D'après l’Union nationale des propriétaires immobiliers, la taxe sur le foncier bâti à Lille a bondi de 36 % entre 2010 et 2020, faisant de la capitale des Flandres la troisième grande ville de France où cette hausse est la plus forte. Mais ce chiffre appelle des explications...

Lambersart signe l’arrêt de mort du « Daubresse Land »

La municipalité dirigée par Nicolas Bouche a annoncé son intention de quitter le Sivom Alliance Nord Ouest, un syndicat intercommunal dont le destin semble lié à celui de l'ex-maire de Lambersart, ex-député, ex-ministre mais toujours sénateur Marc-Philippe Daubresse.