Dans la région Hauts-de-France, 4% des personnes de plus de 60 ans sont en situation de « mort sociale ». Photo : Matthias Zomer.

Dans les Hauts-de-France, quatre personnes âgées sur dix souffrent de solitude

«J’ai quatre enfants, j’ai neuf petits-enfants et quatre arrière-petits-enfants. Mais je suis toute seule. » Comme Denise, 81 ans, quatre personnes âgées sur dix se sentent fréquemment seules dans les Hauts-de-France. C’est le constat glaçant du baromètre « Solitude et isolement, quand on a plus de 60 ans en France », publié ce jeudi 30 septembre par l’association Petits Frères des Pauvres.

Dans la région, 48% des personnes interrogées se disent éloignées de leurs amis, et 19% de leur famille. C’est aussi chez nous que les seniors sont les plus nombreux à manquer d’un confident pour aborder les sujets intimes. Pire, dans les Hauts-de-France, 4% des personnes âgées sont en état de « mort sociale », pointe le rapport - c’est-à-dire éloignées du numérique, sans enfants ou petits-enfants, en manque d’autonomie et sans grands revenus.

Un demi-million de personnes âgées en situation de mort sociale en France

Le nombre de personnes âgées isolées a fortement évolué depuis 2017, date du précédent baromètre. Dans les Hauts-de-France, c’est surtout le nombre de personnes éloignées de leurs amis qui a explosé. Un pic dû à « plus de quinze mois de crise sanitaire qui ont fortement dégradé les possibilités de rencontres avec son entourage le plus proche », note le rapport. En tout, 530 000 personnes âgées sont complètement isolées en France.

Précédemment dans l'Oeil

Un Conseil de la nuit lillois pour apaiser les tensions dans le secteur Masséna-Solférino

Lors du conseil municipal du 8 octobre, les élus ont approuvé les grandes lignes du futur Conseil de la nuit, qui devrait voir le jour d'ici la fin de l'année 2021. Il sera chargé d'apaiser les tensions qui se multiplient dans le quartier Masséna-Solférino.

Carrefour a rejeté une offre de rachat de la famille Mulliez

Coup de théâtre dans les discussions entre Carrefour et la famille Mulliez. Les seconds ont fait une offre d'achat du premier évaluée à 16,5 milliards d'euros. Mais elle a été rejetée.