Un TGV en gare de Lille-Flandres. Photo : CC BY-SA 4.0/Ad Meskens

Ponctualité : les TGV du nord, mauvais élèves; les TER, cancres absolus

« Les liaisons de l’axe Nord sont particulièrement représentées parmi les liaisons TGV les moins ponctuelles en 2020 », note l’Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST) dans son rapport annuel publié en octobre. Quelque 20 % des TGV reliant Lille à Paris sont arrivés en retard l’année dernière (sachant que, sur cette distance, un retard est comptabilisé à partir de six minutes). Même chose pour ceux circulant entre Lyon et Lille.

Et c’est pire pour d’autres villes de la région puisque les TGV entre Arras et Paris et Douai et Paris sont les plus fréquemment en retard de France (plus de 25 %). Ces retards sont dans plus d’un tiers des cas liés à des problèmes d’infrastructure (maintenance et travaux). Une cause surreprésentée sur cet axe du nord par rapport aux autres régions.

plus forts taux de retards 2012-2020

Le taux moyen de la ponctualité s’est toutefois amélioré au premier semestre de cette année à la faveur du troisième confinement, en raison d’une offre de TGV réduite. Il pourrait donc s'agir d’une amélioration en trompe-l’oeil. Les lignes Douai-Paris Nord et Arras-Paris Nord figurent toujours dans le top 10 des plus forts taux de retard des TGV au niveau français, mais seulement aux 4ème et 6ème places.

Flambée des annulations

Taux annulation TGV 2012-2020

Côté annulation aussi, le Nord et le Pas-de-Calais sont mal lotis. Les TGV entre Paris et Arras sont les plus annulés de l’Hexagone, avec un taux d’annulation avoisinant les 10 %, un pourcentage deux fois plus élevé qu’en 2019. L’AQST tente une explication : « Les plus forts taux d’annulation observés pour l’année 2020 concernent des liaisons ayant été grandement impactées par la grève contre la réforme des retraites au mois de janvier et/ou par les annulations liées à l’épidémie de Covid-19 à partir de la mi-mars 2020. Les liaisons de l’axe Nord, affectées par le mouvement social en janvier et par les événements climatiques au mois de février, sont fortement représentées ».

Au premier semestre 2021, les lignes du nord font partie, avec celles du sud-est, des liaisons ayant été grandement impactées par les annulations liées au confinement.

Les pires TER de France ?

Si les performances des TGV dans la région ne sont pas brillantes, celles des TER (trains express régionaux) sont catastrophiques. Les cartes publiées dans le bilan du premier semestre de la qualité de service des transports sont particulièrement éloquentes. Sur tous les critères, les Hauts-de-France y ressortent dans la couleur la plus foncée, indicatrice d’une situation alarmante.

C’est vrai pour le taux d’annulations de trains qui atteint 3,6 % contre 1 % en Bretagne, en raison notamment de deux mouvements sociaux qui ont impacté la régularité.

Carte annulation TER HdF
Taux d'annulation des trains express régionaux dans les régions françaises

Mais cela se vérifie aussi pour les retards, avec un taux qui culmine à 9,13 %. La région est ainsi la seule à dépasser 7,5 % à l’issue des six premiers mois de l’année 2021.

Carte Retards TER HdF
Taux de retard des TER dans les régions françaises

Ces défaillances à répétition lui valent d’avoir droit dans le rapport à un petit « camembert » détaillant les causes des retards des TER dans les Hauts-de-France au cours des six premiers mois de l'année. Les colis suspects et les « causes externes » indéterminées arrivent en tête devant les accidents de personnes et la météo.

Causes retard TER Hauts de France

Précédemment dans l'Oeil

Hauts-de-France : Un projet de RER à très petite vitesse

La Région a lancé les premières phases d’études pour la mise en place de son « service express métropolitain », qui permettra de doubler la fréquence des TER, notamment entre Lille et le bassin minier. Un vaste chantier qui traîne depuis dix ans et qui devrait être finalisé d’ici… 2040.

La justice rejette le recours d’Olivier Spillebout contre l’Institut pour la photographie

Le directeur de la Maison de la photographie avait saisi le tribunal administratif de Lille en urgence pour faire annuler une délibération votée le 5 octobre dernier par les élus régionaux. Ces derniers ont validé une enveloppe de 14 millions d’euros pour rénover l’Institut pour la photographie, principal concurrent de la structure d’Olivier Spillebout.