Lors de sa campagne en vue des élections municipales, Martine Aubry avait promis de développer l'usage de la vidéoprotection,de créer un centre de supervision urbain et de mettre en place un comité d'éthique pour encadrer le dispositif. Photo : Brock Wegner.

Avec son nouveau comité d’éthique, la ville de Lille souhaite mieux encadrer l’usage de la vidéosurveillance

Il ne manquait plus que lui pour que Martine Aubry tienne sa promesse. Pour mieux encadrer l’usage de la vidéosurveillance, les élus lillois ont voté la mise en place d’un comité d’éthique lors du conseil municipal du 10 décembre. On l’aurait presque oublié, car on n’en entendait plus parler depuis un peu plus d’un an. Le 9 octobre 2020, les élus ont approuvé l’implantation de 50 nouvelles caméras de vidéosurveillance dans différents quartiers de Lille et la création d’un centre de supervision urbain (CSU) pour visionner les images. Restait alors à mettre en place un comité pour encadrer le dispositif.

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Cet article concerne les promesses :
« Création d’un comité d’éthique encadrant l’usage de la vidéprotection » « Recours accru à la vidéo protection et ouverture d’un Centre de supervision urbaine »
Voir toutes les promesses

Précédemment dans l'Oeil

7 000 personnes ont tenté de traverser la Manche depuis le début de l’année 2022

Depuis janvier 2022, 7 000 personnes ont tenté de rejoindre le Royaume-Uni clandestinement. C'est trois fois plus que l'année passée à la même période.

Un couple de Lillois condamné pour leur activité de marchands de sommeil

Un couple de Lillois a été condamné, le 25 avril dernier, à respectivement un an ferme et six mois de prison avec sursis pour avoir loué des appartements dans un immeuble insalubre.