Du petit lait… Ce mercredi 15 janvier, Gérard Collomb s’exprimait devant les membres de la fédération départementale du BTP. Un grand oral lors duquel le maire de Lyon, candidat à la présidence de la Métropole, a déroulé sa vision de l’action politique locale : « L’argent public étant rare, tout ce qui peut être fait par le privé doit être confié au privé ». Et de citer en exemple l’aéroport Saint-Exupéry, exploité depuis 2016 par Vinci Airports, filiale du géant du BTP.

« Auparavant, c’était les collectivités et la CCI qui s’en occupaient, mais ce n’est pas leur job !, considère le candidat, qui siège en tant qu’élu métropolitain au conseil de surveillance de Saint-Ex’. Un aéroport comme Lyon, qui doit être international, doit être géré par le privé. Depuis la privatisation, on a onze nouvelles compagnies qui se sont installées, 53 nouvelles lignes… Je ne crois pas que nous aurions fait autant sans changer de modèle. » On ne saurait trop conseiller à Gérard Collomb la lecture de notre enquête de la semaine : « Aéroport Lyon Saint-Exupéry : malaise social derrière les beaux discours de Vinci ». Le baron y découvrirait le revers de la privatisation et des bons résultats affichés par l’exploitant : suppressions de postes, recours problématique à la sous-traitance…

https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2020/01/15/aeroport-lyon-saint-exupery-malaise-social-derriere-les-beaux-discours-de-vinci/

Pour le reste, Gérard Collomb a promis aux pros du béton deux années riches en investissements publics… s’il est élu à la Métropole. Gerland (« Construire du logement, pas que du tertiaire, y compris sur l’avenue Jean-Jaurès »), Confluence (« On en a jusqu’à 2030 ! »), la Saulaie à Oullins (« Un terrain extraordinaire ») et bien sûr le fameux « Anneau des sciences », appellation du projet de périphérique ouest, « que je suis à peu près le seul à défendre aujourd’hui », ironise-t-il. Mieux : « Si je n’étais pas parti au gouvernement, le chantier serait déjà lancé », assure-t-il. Un comble : jusqu’à présent, les défenseurs du périph’ reprochaient plutôt au maire de Lyon de ne pas avoir su profiter de sa stature de ministre d’Etat pour faire avancer les dossiers locaux, dont ce sacré « Anneau »…