Le conseil municipal de Lyon, le 27 janvier. Photo : NB/Mediacités.

En conseil municipal, Gérard Collomb défend sa vision de l’attractivité

Et si c’était le thème des élections municipales et métropolitaines de mars prochain ? L’attractivité et ses effets pervers se sont invités dans les joutes politiques du conseil de la ville de Lyon ce 27 janvier. 

Des vacheries, de la langue de bois et un peu de solennité. Ce lundi 27 janvier s’est ouvert le dernier conseil municipal du règne Collomb - le baron candidate pour la présidence de la Métropole de Lyon, bien qu’il est aussi colistier de Yann Cucherat à l’échelon municipal. Et la séance n’a pas échappé au contexte électoral. La première salve vient de Georges Képénékian, en lice pour succéder à Gérard Collomb. En sa qualité de Premier adjoint, l’ancien fidèle présente, comme le veut la coutume, les vœux au maire. Plutôt inspiré, son discours recèle de piques en direction de son ancien mentor politique, assis à sa gauche, comme quand il exhorte à « ne pas être grisé par la réussite » ou à ne pas laisser « Lyon disparaître dans la Métropole ». En formulant des vœux d’ouverture, « Képé » termine son propos en mettant en garde l’assemblée contre « l’aveuglement » et « l’entêtement ». Ambiance.

Vient son tour. « C’est un moment important pour moi », lâche-t-il. Dix-neuf ans après avoir conquis Lyon, Gérard Collomb préside une dernière fois le conseil de sa ville (sauf si, vainqueur aux municipales mais perdant à l’élection métropolitaine, il décide de se rabattre sur la mairie). Pour le reste, Gérard Collomb fait du Gérard Collomb : longue litanie des classements dans lesquels Lyon se démarque (économie, tourisme, qualité de vie…), apologie du . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois


Précédemment dans l'Oeil

Grand Lyon : opposition éclatée et promesse de non-cumul malmenée au premier conseil de l’ère Bernard

Bruno Bernard élu dans un fauteuil, l’opposition éclatée en quatre, la composition de l’exécutif : récit du premier conseil de la Métropole de la mandature.

[EN CARTES] Municipales à Lyon : vague verte, abstention, comment a voté votre quartier ?

L'analyse du scrutin par bureau de vote met en évidence une solide implantation de la droite dans deux arrondissements, des poches de résistance de fidèles de Gérard Collomb et une abstention vertigineuse dans certains quartiers prioritaires.