Le Rhônexpress fait l'objet d'une concession qui court jusqu'en 2038. / © NB - Mediacités.

Rhônexpress : Gérard Collomb réclame « une médiation »

Faut-il sauver le soldat Vinci, actionnaire de Rhônexpress ? Ce mardi 4 février, lors d’une conférence de presse consacrée aux « mobilités », Gérard Collomb, candidat à la présidence du Grand Lyon, s’est prononcé pour « une médiation » sur l’épineux dossier de la navette ferrée qui relie Part-Dieu à l’aéroport Saint-Exupéry, en réponse à une question de Mediacités. Une façon d’écarter l’hypothèse d’une résiliation du contrat que réclame son adversaire David Kimelfeld, actuel président de la Métropole.

Après six mois de négociations, l’an dernier, entre la collectivité, le Sytral (le syndicat des transports en commun de l’agglomération) et l’opérateur du tramway rouge bordeaux, la concession qui court en théorie jusqu’en 2038 est sur la sellette. À l’automne 2019, la Chambre régionale des comptes l’avait sévèrement étrillée dans un rapport : les magistrats considèrent la relation entre le Sytral et la société Rhônexpress déséquilibrée au détriment des deniers publics.

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Précédemment dans l'Oeil

Les masques de Laurent Wauquiez et l’argent de l’Europe

La région Auvergne-Rhône-Alpes a reconnu avoir financé en partie son opération « un masque par habitant » grâce à l’aide de l’Union européenne ou de l’État. Un comble, attaque l’opposition, alors que le président de la collectivité a allègrement communiqué sur la distribution des protections en tissu à son profit.

Grégory Doucet inaugure son mandat à coups de symboles

Officiellement maire depuis samedi, l’écologiste Grégory Doucet a dévoilé les attributions de ses adjoints. Les intitulés valent parfois de longs discours.