Le Rhônexpress fait l'objet d'une concession qui court jusqu'en 2038. / © NB - Mediacités.

Rhônexpress : Gérard Collomb réclame « une médiation »

Faut-il sauver le soldat Vinci, actionnaire de Rhônexpress ? Ce mardi 4 février, lors d’une conférence de presse consacrée aux « mobilités », Gérard Collomb, candidat à la présidence du Grand Lyon, s’est prononcé pour « une médiation » sur l’épineux dossier de la navette ferrée qui relie Part-Dieu à l’aéroport Saint-Exupéry, en réponse à une question de Mediacités. Une façon d’écarter l’hypothèse d’une résiliation du contrat que réclame son adversaire David Kimelfeld, actuel président de la Métropole.

Après six mois de négociations, l’an dernier, entre la collectivité, le Sytral (le syndicat des transports en commun de l’agglomération) et l’opérateur du tramway rouge bordeaux, la concession qui court en théorie jusqu’en 2038 est sur la sellette. À l’automne 2019, la Chambre régionale des comptes l’avait sévèrement étrillée dans un rapport : les magistrats considèrent la relation entre le Sytral et la société Rhônexpress déséquilibrée au détriment des deniers publics.

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Université de Lyon : une trentaine de postes sur la sellette après l’abandon de l’Idex

Qui paiera les pots cassés ? Suite à l’échec du projet de fusion des établissements universitaires de Lyon et Saint-Etienne, les agents de l’Université de Lyon viennent d’interpeller la ministre de l’Enseignement supérieur sur leur sort.

Vénissieux : les échecs de la politique de la ville aux Minguettes

Malgré une rénovation ambitieuse, les maux du quartier - communautarisme religieux, trafics de stupéfiants, non-mixité sociale - se sont accentués depuis dix ans, d’après un rapport de la Cour des comptes.