Rhônexpress : Gérard Collomb réclame « une médiation »

Rhonexpress2-e1578935023990
Le Rhônexpress fait l’objet d’une concession qui court jusqu’en 2038. / © NB – Mediacités.

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Nicolas Barriquand

Le candidat à la présidence du Grand Lyon écarte l’hypothèse d’une résiliation du controversé contrat de concession de la navette ferrée qui dessert l’aéroport Saint-Exupéry.

Faut-il sauver le soldat Vinci, actionnaire de Rhônexpress ? Ce mardi 4 février, lors d’une conférence de presse consacrée aux « mobilités », Gérard Collomb, candidat à la présidence du Grand Lyon, s’est prononcé pour « une médiation » sur l’épineux dossier de la navette ferrée qui relie Part-Dieu à l’aéroport Saint-Exupéry, en réponse à une question de Mediacités. Une façon d’écarter l’hypothèse d’une résiliation du contrat que réclame son adversaire David Kimelfeld, actuel président de la Métropole.

Après six mois de négociations, l’an dernier, entre la collectivité, le Sytral (le syndicat des transports en commun de l’agglomération) et l’opérateur du tramway rouge bordeaux, la concession qui court en théorie jusqu’en 2038 est sur la sellette. À l’automne 2019, la Chambre régionale des comptes l’avait sévèrement étrillée dans un rapport : les magistrats considèrent la relation entre le Sytral et la société Rhônexpress déséquilibrée au détriment des deniers publics.

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.