Givors : la justice confirme la culpabilité de l’ancien maire Martial Passi

Cette fois, c’est définitif. La Cour de cassation a confirmé mercredi 4 mars la culpabilité de l’ancien maire communiste de Givors, tout en demandant la tenue d’un nouveau procès pour réévaluer la peine prononcée à son encontre.

Martial Passi avait été condamné en 2017 à six mois de prison avec sursis, à 10 000 euros d’amende et à trois ans d’inéligibilité pour prise illégale d’intérêts, après avoir recruté sa sœur comme directrice générale des services de la commune en 2015. La condamnation avait été confirmée en appel en avril 2019, mais sa peine avait été allégée, l’amende étant supprimée et l’inéligibilité étant réduite à un an. L’association Anticor s’est portée partie civile dans ce procès.

Mercredi, la plus haute juridiction française a donc estimé que le délit de prise illégale d’intérêts était bien établi en droit, mais a demandé à la cour d’appel de Lyon de se prononcer sur une nouvelle peine. Les « sages » ont estimé que les juges lyonnais n’avaient pas suffisamment motivé leur décision, rappelant que la peine devait être « proportionnée à la nature et à la gravité des faits, ainsi qu’à la personnalité de leur auteur, jamais condamné », comme le relate Le Progrès. La date du nouveau procès qui portera uniquement sur les peines de l’ancien maire et de sa sœur, n’est pas encore connue.

Les affaires du maire Martial Passi avaient défrayé la chronique dans ce bastion du PCF du sud de Lyon. Au . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Précédemment dans l'Oeil

Université de Lyon : une trentaine de postes sur la sellette après l’abandon de l’Idex

Qui paiera les pots cassés ? Suite à l’échec du projet de fusion des établissements universitaires de Lyon et Saint-Etienne, les agents de l’Université de Lyon viennent d’interpeller la ministre de l’Enseignement supérieur sur leur sort.

Vénissieux : les échecs de la politique de la ville aux Minguettes

Malgré une rénovation ambitieuse, les maux du quartier - communautarisme religieux, trafics de stupéfiants, non-mixité sociale - se sont accentués depuis dix ans, d’après un rapport de la Cour des comptes.