A Givors, les petites combines de la liste du Rassemblement national

Au Rassemblement national de Givors, on a le sens du collectif. Un camarade n’a pas d’adresse dans la commune ? Un autre colistier lui loue son appartement. Il manque du monde pour boucler la liste ? Pas de problème, on recrute les conjoint·e· s. C’est ce que nous apprend un article édifiant publié ce jeudi 12 mars dans Le Progrès.

Le quotidien lyonnais a épluché la composition de la liste d’Antoine Mellies, le patron du Rassemblement national du Rhône, qui souhaite conquérir ce bastion historique du Parti communiste. Résultat : les colistiers se livrent à un invraisemblable jeu de chaises musicales pour être domicilié sur la commune, condition préalable à leur candidature.

La numéro 2 de la liste réside en effet chez le n°13, alors que le n°15 affiche la même adresse que son collège n°27. Le n°3 se montre encore plus généreux, en louant un appartement au directeur de campagne d’Antoine Melliès ainsi qu’au colistier n°19. Non sans couacs : au moment de son inscription en janvier 2020, ce dernier a ainsi présenté une quittance de loyer datée de… février 2020. Sur le plan juridique, cette domiciliation hasardeuse des candidats pourrait faire peser un risque à la liste du RN, voire causer une annulation de l’élection en cas de score très serré.

Mais ce n’est pas tout. Le Progr . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Précédemment dans l'Oeil

Université de Lyon : une trentaine de postes sur la sellette après l’abandon de l’Idex

Qui paiera les pots cassés ? Suite à l’échec du projet de fusion des établissements universitaires de Lyon et Saint-Etienne, les agents de l’Université de Lyon viennent d’interpeller la ministre de l’Enseignement supérieur sur leur sort.

Vénissieux : les échecs de la politique de la ville aux Minguettes

Malgré une rénovation ambitieuse, les maux du quartier - communautarisme religieux, trafics de stupéfiants, non-mixité sociale - se sont accentués depuis dix ans, d’après un rapport de la Cour des comptes.